Kenya : Ban Ki-moon appelle le pays à garantir le retour volontaire des réfugiés somaliens

Écouter /

Le camp de Dadaab, au Kenya, le plus grand camp de réfugiés au monde.Photo: IOM/UNHCR/Brendan Bannon

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est entretenu mercredi par téléphone avec le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta, suite à la décision du pays, annoncée le 6 mai dernier, de fermer les camps de réfugiés somaliens de Dadaab.

« Il a exprimé sa profonde gratitude envers le Président Kenyatta et le peuple du Kenya pour l’hospitalité généreuse dont ils font preuve depuis des décennies à l’égard des populations importantes de demandeurs d’asile et de réfugiés », a déclaré le Porte-parole du chef de l’ONU, Stéphane Dujarric, dans un compte-rendu de la discussion.

« Le Secrétaire général a assuré le Président Kenyatta qu’il avait conscience de la lourdeur de la tâche et de la responsabilité induite par l’hébergement d’un grand nombre de réfugiés, sur fonds de défis sécuritaires importants », a ajouté M. Dujarric.

Le complexe des camps de réfugiés de Dadaab, l’un des plus importants au monde, avait été établi par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) entre octobre 1991 et juin 1992, suite à la guerre civile en Somalie qui avait culminé en 1991 avec la chute de Mogadiscio et le renversement du gouvernement central.

Le 9 mai dernier, suite à l’annonce de la fermeture des camps par le gouvernement du Kenya, le HCR avait appelé les autorités à revenir sur leur décision.

M. Ban a exhorté le Président Kenyatta à continuer à appliquer l’accord tripartite, signé par le Kenya en novembre 2013 avec la Somalie et le HCR, concernant le retour volontaire des réfugiés somaliens « dans la sécurité et la dignité », a précisé le porte-parole. Il a exprimé le soutien des Nations Unies envers le Kenya, manifestée par la proposition du Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, de procéder à un examen bilatéral de haut niveau sur la situation des réfugiés au Kenya.

Le Secrétaire général a mentionné que le Vice-Secrétaire général, Jan Eliasson, et M. Grandi se rendraient au Kenya à la fin de mai pour discuter de la question avec le gouvernement du Kenya et souligner la volonté des Nations Unies d’obtenir le soutien de la communauté internationale pour aider le pays à faire face aux défis des réfugiés.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...