Finance : la CNUCED passe au crible l’optimisation fiscale des multinationales

Écouter /

Le siège de la CNUCED à Genève. Photo CNUCED

Les révélations des Panama Papers, le mois dernier, ont montré l'ampleur des sociétés offshores d'une riche clientèle dans le monde pour échapper à l’impôt.  Et pour lutter contre cette situation, la CNUCED appelle d’urgence à davantage de coordination internationale en matière de politique fiscale et d’investissements. D'autant plus qu'un nouveau rapport de l'Agence onusienne basée à Genève montre une augmentation de la proportion des investissements dans des centres à la fiscalité avantageuse, souvent offshore. L'optimisation fiscale des entreprises a ainsi atteint 221 milliards de dollars en 2015. Et 72 milliards de dollars d’investissements ont été dirigés vers deux paradis fiscaux : les îles Vierges britanniques et les îles Caïmans.

 

Les fonds acheminés vers des centres financiers à la fiscalité intéressante reculent mais restent conséquents. Ce nouveau rapport de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED) montre que les entreprises multinationales ont injecté 221 milliards de dollars vers des sociétés écrans. Et les principaux destinataires sont principalement le Luxembourg et les Pays-Bas. Mais en raison de nouvelles règles européennes destinées à combattre les pratiques abusives d’évasion fiscale, la CNUCED note que des milliards de dollars ont été sortis de ces pays du Benelux au dernier trimestre 2015.

Autre conclusion de ce rapport, 72 milliards de dollars ont été investis dans des paradis fiscaux, tels que les îles Vierges et les îles Caïmans. Cette agence de l’ONU basée à Genève relève d'ailleurs que les fonds offshore versés dans des paradis fiscaux sont désormais originaires des pays émergents. A titre d'exemple, la Russie, la Chine et le Brésil ont représenté à eux trois, plus des trois quarts des fonds offshore investis dans les îles Vierges et les îles Caïmans, entre 2010 et 2014.

Toutefois, des entreprises issues d'une vingtaine de pays développés ont enregistré en 2014 plus de profits aux Bermudes (43 milliards de dollars) qu’en Chine (26 milliards).

En pleines révélations des Panama Papers, le rapport note que les gouvernements doivent faire face à « de substantielles pertes fiscales ». Dans ces conditions, la CNUCED plaide pour une meilleure coordination internationale en matière de politique fiscale et d’investissements.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...