Conférence internationale du Travail : une 105e session sous le signe de la lutte contre la pauvreté et le chômage des jeunes

Écouter /

Le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder à l’ouverture de la 105e Conférence internationale du travail ce lundi au Palais des Nations à Genève (Photo: OIT).

La 105e Conférence internationale du Travail a démarré ce lundi à Genève, avec des travaux qui s'achèveront le 10 juin.  Plus de 4000 représentants des gouvernements et des partenaires sociaux doivent se pencher notamment sur l’emploi des jeunes, le travail décent dans les Etats fragiles, les chaînes d’approvisionnement mondiales, ou encore l’impact de la Déclaration de l’OIT de 2008 sur la justice sociale. A l'ouverture de cette session, le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT) a indiqué que si les niveaux déjà inacceptables d’inégalités se poursuivent, tous les acteurs du monde du travail « seront perdants ». Les Objectifs du développement durable (ODD » et les défis de l’OIT sont largement liés, a tranché Guy Ryder.

 

C'est une 105e Conférence internationale du travail que les 4000 délégués présents à Genève veulent placer sous le signe d'un engagement. Une réflexion inédite sur l'avenir du travail, ou encore la poursuite de l'agenda sur la justice sociale. Et à l'ouverture des travaux ce lundi au Palais des Nations, le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT) a d'ailleurs insisté sur le rôle de son organisation dans l'atteinte des Objectifs du développement durable. Selon Guy Ryder, l'objectif N°8 inscrit le travail décent au cœur de cette feuille de route pour un monde meilleur. Une composante du travail décent qui se retrouve intégrée dans l'autre combat de l'OIT, à savoir la lutte contre la pauvreté. Le Chef de cette institution onusienne rappelle à cet égard que l'éradication de la misère est un programme de justice sociale mondiale. « Un programme adapté à notre temps. Une époque où de manière un peu perverse, ce sont les capacités créatrices de richesse qui peuvent faire en sorte d'éradiquer la pauvreté, mais qui risquent aussi de nous éloigner de la justice sociale plutôt que de nous en rapprocher ».  Une façon pour Guy Ryder de revenir son document présenté déjà mi-mai devant la presse à Genève. Rapport qui souligne que près de 10.000 milliards de dollars seront nécessaires pour atteindre l’objectif d’éradiquer la pauvreté dans le monde d’ici 2030. Or l'OIT insiste sur le fait qu'un tiers de ce montant ne pourra être obtenu qu’avec des emplois de qualité.

En écho à ses mises en garde, la Présidente de la 105e conférence rappelle que plus de 300 millions de personnes en Afrique restent sans emploi décent ou sans protection sociale. Selon Mildred Oliphant, Ministre sud-africaine du travail, « une croissance économique sans emplois n’a pas de sens » pour un monde où près de 2 milliards de personnes vivent avec moins de trois dollars par jour.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...