A l’approche de la Conférence d’Antalya, l’ONU appelle à redoubler d’efforts pour mettre les PMA sur la voie du développement

Écouter /

Gyan Chandra Acharya,le Haut-Représentant des Nations Unies pour les PMA. Photo: ONU/Loey Felipe

A l’approche d’une conférence des Nations Unies sur les progrès en développement par les 48 pays les moins avancés au monde, le Haut-Représentant des Nations Unies pour les PMA a appelé à redoubler d'efforts pour mettre ces pays sur la voie du développement durable.

Lors d’une conférence de presse donnée au Siège de l’ONU, Gyan Chandra Acharya a fait le point sur la Conférence d’examen à mi-parcours du Programme d’action d’Istanbul en faveur des PMA qui aura lieu à Antalya, dans le sud de la Turquie, du 27 au 29 mai prochains, quelques jours après le Sommet humanitaire mondial prévu à Istanbul.

Adopté en 2011, le Programme d’action d’Istanbul (PAI) est une feuille de route internationale d’une durée de 10 ans qui vise à appuyer le développement durable des PMA.

Selon des études menées par les Nations Unies, la croissance économique générale des PMA, qui représentent environ 12% de la population mondiale, a été positive depuis 2011, passant d’environ 4% en 2012 à 5,3% en 2014.

Le Haut Représentant a toutefois signalé que cette croissance n’est pas partagée équitablement par tous, et que l’incidence de la pauvreté est encore très élevé dans ces pays, où presque la moitié de la population vit toujours en dessous du seuil de pauvreté

Aussi Gyan Chandra Acharya a jugé nécessaire de progresser dans plusieurs domaines, à commencer par le développement humain, l’accès aux réseaux Internet et téléphoniques, le développement des infrastructures, l’accès à l’énergie, la réduction des taux de mortalité infantile et maternelle, l’accès à l’enseignement primaire et la représentation des femmes dans les parlements.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...