Yémen: l'ONU appelle les parties à faire des compromis « difficiles »

Écouter /

Un garçon joue sur un morceau d'obus, qui a explosé près de son domicile, dans le village d'Al Mahjar, dans la périphérie de la capitale Sanaa, au Yémen. Photo : UNICEF / Mohamed Hamoud

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, a averti, vendredi, les parties au conflit que seuls des compromis difficiles permettront d’obtenir un accord global lors de la reprise des pourparlers de paix, prévue lundi au Koweït.

Intervenant lors d'une réunion du Conseil de sécurité, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a indiqué si les premiers jours de la cessation des hostilités, qui est entrée en vigueur dimanche 10 avril 2016, à minuit, se sont caractérisés par une diminution de la violence dans la plupart des régions du pays, un nombre inquiétant de violations graves de l’accord, avaient été signalées à al-Jawf, Amran, Marib et Taëz.

L'Envoyé spécial a toutefois affirmé que le courage dont ont fait preuve, selon lui, l’Arabie Saoudite et les Houthis en acceptant de régler leurs différends frontaliers, lui avait donné de l'espoir.

A la veille de son départ pour le Koweït, Ismail Ould Cheikh Ahmed a indiqué qu'il compte encourager les parties à négocier une marche à suivre détaillée dans les domaines suivants : la prise d’arrangements de sécurité provisoires, le retrait des milices et des groupes armés, la remise des armes lourdes à l’État, la restauration des institutions de l’Etat, la reprise du dialogue politique inclusif, et la libération des prisonniers et des détenus

Pour l'Envoyé spécial, la paix n'avait jamais été aussi proche au Yémen, mais qu’un résultat positif ne pourra être obtenu qu’au prix de compromis difficiles de la part de l’ensemble des parties et de leur détermination à obtenir un accord.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...