Yémen : le Conseil de sécurité appelle les parties à faire preuve de souplesse dans les pourparlers de paix

Écouter /

Faj Attan, un quartier de Sana'a, la capitale du Yémen,qui a été régulièrement affecté par des frappes aériennes. Photo OCHA/Charlotte Cans

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé lundi les parties au conflit yéménite à respecter la cessation des hostilités en cours et à faire preuve de souplesse dans le cadre des pourparlers de paix actuels.

Dans une déclaration de sa présidence, le Conseil s’est félicité de la cessation des hostilités entamée le 10 avril 2016 à minuit dans tout le pays, ainsi que de l’ouverture, le 21 avril au Koweït, de pourparlers de paix entre parties yéménites, sous les auspices de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed.

Les 15 membres ont exhorté les parties à respecter pleinement la cessation des hostilités et à faire preuve de retenue face à toutes les informations faisant état de violations. A ce titre, il a salué la création au Koweït d’un comité de coordination et de désescalade, chargé de faire respecter la cessation des hostilités dans tout le pays.

Le Conseil a demandé à toutes les parties d’entamer des pourparlers de paix de manière souple et constructive, sans condition préalable et de bonne foi.

Il a par ailleurs noté qu’il importait pour les parties de s’entendre sur un ensemble de principes, de mécanismes et de procédures en vue de parvenir à un accord global permettant de mettre définitivement fin au conflit.

Les 15 membres ont demandé à toutes les parties yéménites d’établir une feuille de route concernant l’application de mesures de sécurité provisoires, en particulier au niveau local, les retraits, la remise des armes lourdes, le rétablissement des institutions publiques et la reprise du dialogue politique.

Le Conseil s’est en outre déclaré profondément préoccupé par l’intensification des attaques terroristes, notamment par Al-Qaida dans la péninsule arabique et Daech. Il a encouragé toutes les parties yéménites à parer à tout vide sécuritaire qui pourrait être exploité par des terroristes et a souligné qu’il importe de rétablir l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire.

Le Conseil a réaffirmé que la reprise de la transition politique pacifique du Yémen vers un État gouverné démocratiquement, conformément à l’initiative du Conseil de coopération du Golfe, devrait se faire dans le cadre d’une nouvelle constitution et de la tenue d’élections parlementaires et présidentielle, et qu’elle devrait être menée d’une manière inclusive associant pleinement les diverses communautés de toutes les régions du Yémen, notamment les jeunes et les femmes.

Le Conseil a pris note des conséquences humanitaires dévastatrices du conflit pour le peuple yéménite et a souligné qu’en l’absence de solution politique, la situation humanitaire va se détériorer. Il a demandé à toutes les parties de respecter le droit international humanitaire, notamment de prendre toutes les précautions possibles pour réduire au minimum les dommages causés aux civils et aux biens de caractère civil, afin d’épargner de nouvelles souffrances aux habitants du Yémen.

Il a souligné qu’il est nécessaire d’assurer la sécurité des agents humanitaires et du personnel des Nations Unies, ainsi que de garantir l’accès humanitaires sans entrave, de façon sûre et rapide, à toutes les provinces touchées par le conflit.

Les membres du Conseil ont également appelé les parties à faciliter l’accès au pays et la distribution sur le territoire des denrées alimentaires, du carburant et des fournitures médicales d’importation essentiels. À cet égard, il a demandé à tous les États de respecter le mandat et les procédures du mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies, basé à Djibouti, et de faciliter la mise en œuvre intégrale de son mandat sans plus tarder.

Le Conseil a prié le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, de lui présenter, dans un délai de 30 jours, un plan sur la façon dont le Bureau de M. Ould Cheikh Ahmed pourrait appuyer la prochaine phase du processus de négociation entre les parties.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...