VIH: Investir dans des politiques axées sur les personnes et dans des programmes orientés vers les consommateurs de drogue

Écouter /

UN Photo/Yutaka Nagata

À la veille de la Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le problème mondial de la drogue, qui se tiendra à New York, États-Unis, du 19 au 21 avril, l'ONUSIDA a publié un nouveau rapport intitulé Do no harm: health, human rights and people who use drugs (Risque zéro : santé, droits humains et consommateurs de drogues),

Selon ce rapport l'incapacité de nombreux pays à adopter des approches axées sur la santé et sur les droits s'est traduite par une absence de réduction du nombre total de nouveaux cas d'infections à VIH chez les consommateurs de drogues injectables entre 2010 et 2014. La communauté internationale n'a visiblement pas réussi à atteindre l'objectif fixé en 2011 par l'Assemblée générale des Nations Unies, qui tablait sur une réduction de 50 % de la transmission du VIH chez les consommateurs de drogues injectables avant 2015.

« De toute évidence, le maintien du statu quo ne nous mène nulle part » a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif d'ONUSIDA. « Le monde doit tirer les leçons des 15 années qui se sont écoulées et suivre l'exemple des pays qui ont fait reculer l'épidémie de VIH chez les consommateurs de drogues injectables par le biais de l'adoption d'approches de réduction des risques, qui mettent l'accent sur la santé et les droits humains des personnes. »

Le rapport de l'ONUSIDA apporte des données probantes associées à cinq recommandations politiques et à dix recommandations opérationnelles que les pays doivent appliquer en vue d'inverser leur courbe de progression de l'épidémie de VIH parmi les consommateurs de drogues injectables. Ces recommandations comprennent la pleine mise en œuvre de programmes de réduction des risques et la décriminalisation de la consommation et de la possession de drogues pour un usage personnel.

Les données indiquent que les pays qui mettent en œuvre des approches axées sur la santé et sur les droits ont enregistré une réduction des nouveaux cas d'infection à VIH parmi les consommateurs de drogues injectables. Dans d'autres pays, des stratégies reposant sur la criminalisation et sur une application rigoureuse de la loi ont créé des entraves à la réduction des risques, tout en n'ayant qu'un impact limité, voire nul, sur le nombre de consommateurs de drogues injectables. L'incarcération des personnes pour consommation et possession de stupéfiants destinés à un usage personnel augmentent par ailleurs la vulnérabilité de celles-ci vis-à-vis du VIH et d'autres maladies infectieuses, telles que l'hépatite B, l'hépatite C et la tuberculose, au cours de leur internement.

L'ONUSIDA a mis au point la stratégie ONUSIDA 2016-2021, qui vise l'éradication dans le monde de l'épidémie du SIDA en tant que menace pour la santé publique d'ici 2030, un enjeu figurant au sein des objectifs de développement durable. Dans cette approche d'accélération de la riposte, l'extension d'une combinaison de prévention du VIH et de services de réduction des risques, de sorte à toucher 90 % des consommateurs de drogues injectables d'ici 2020, occupe une place primordiale.

Atteindre cet objectif passe par un accroissement des investissements annuels consacrés aux actions de proximité, à la distribution d'aiguilles et seringues et au traitement substitutif aux opiacés dans les pays à revenu faible et intermédiaire, à hauteur de 1,5 milliard de dollars d'ici 2020, qui ne représente qu'une fraction des 100 milliards de dollars estimés déjà dépensés chaque année pour réduire l'offre et la demande de stupéfiants. Dans de nombreux pays à revenu intermédiaire et à populations élevées de consommateurs de drogues injectables, la réduction des risques est principalement financée par des donateurs internationaux et des fondations privées.

Le rapport de l'ONUSIDA fournit de nombreux exemples de pays qui arrivent à améliorer la situation des consommateurs de drogues injectables par le biais de l'adoption d'une approche axée sur la santé.

(Interview: Peter Ghys, Chef de la Division Épidémiologie et Analyse de l’ONUSIDA; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...