Terrorisme: Ban Ki-moon met en garde contre l'impact des stratégies de lutte trop draconiennes

Écouter /

Le Secrétaire general, Ban Ki-moon, lors de son intervention devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Manuel Elias

Le Conseil de sécurité a tenu, ce jeudi, une réunion sur la lutte contre le terrorisme. L'occasion pour le Secrétaire général d'avertir que « trop souvent », les stratégies de lutte contre le terrorisme des Gouvernements sont si draconiennes et discriminatoires qu'elles en deviennent contre-productives.

Selon Ban Ki-moon, lorsque cela est le cas, « elles génèrent un plus grand sentiment d'aliénation parmi les communautés ciblées et « parfois même plus de terroristes qu'il n'y en avait auparavant ».

Ban Ki-moon a aussi appelé les États à avoir le courage de faire face à « certaines situations difficiles », notamment l'appui que les extrémistes violents et les terroristes peuvent recevoir des Gouvernements—directement, indirectement et peut-être même involontairement.

Le Secrétaire général a aussi voulu que la prévention de l'extrémisme violent et la lutte contre le terrorisme respectent la Charte de l'ONU, la Déclaration universelle des droits de l'homme et le droit international humanitaire et des droits de l'homme.

« Cette compréhension de base a été trop souvent brisée ou ignorée », a-t-il déploré.

Devant les Quinze, Ban Ki-moon a en outre appelé les États Membres à adopter des mesures plus robustes pour mettre un terme au financement du terrorisme par l'intermédiaire du trafic de pétrole et de gaz, du commerce illicite d'œuvres d'art, des enlèvements contre rançon ou des dons venant de l'étranger.

Il a aussi souligné que pour mettre un terme au flux de combattants terroristes étrangers, il faut intervenir à tous les stades, allant de leur radicalisation initiale, à leur voyage et à leur retour.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...