Syrie : le site de Palmyre a conservé en grande partie son intégrité, selon l’UNESCO

Écouter /

(Photo: UNESCO)

A l’issue d’une évaluation rapide de l’état du site du patrimoine mondial de Palmyre, en Syrie, cette semaine, des experts ont estimé dans leurs conclusions préliminaires que ce site avait conservé en grande partie son intégrité, a indiqué mercredi l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

La mission d’évaluation était conduite par la Directrice du Centre du patrimoine mondial, Mechtild Rössler, du 24 au 26 Avril 2016. Les experts de l’UNESCO ont effectué une visite détaillée du musée de Palmyre et du site Archéologique, sous escorte du personnel de sécurité des Nations Unies, a précisé l’UNESCO dans un communiqué de presse.

« La mission a estimé qu’en dépit de la destruction de plusieurs structures emblématiques, le site archéologique de Palmyre conserve en grande partie son intégrité et son authenticité. L’UNESCO va travailler avec l’ensemble des partenaires pour adopter les mesures de sauvegarde d’urgence », a déclaré l’agence onusienne.

Le site du patrimoine mondial de Palmyre, oasis dans le désert syrien au nord-est de Damas, contient les ruines monumentales d’une ville qui fut l’un des centres culturels les plus importants du monde antique. Du 1er au 2ème siècle, l’art et l’architecture de Palmyre, au carrefour de plusieurs civilisations, ont mariés les techniques gréco-romaines et les traditions locales et les influences perses.

Lors de leur visite, les experts de l’UNESCO ont pu mesurer les dommages considérables dans le musée de Palmyre, dont l’essentiel des statues de grande taille, les sarcophages et les sculptures qui n’avaient pas pu être mises à l’abri ont été défigurées, pilonnées et décapitées – la plupart de leurs morceaux jonchent encore le sol.

Les experts ont identifié les mesures de consolidation et de sécurisation d’urgence du bâtiment, ainsi que le travail très important qui doit être entrepris pour documenter, évacuer, sauvegarder et restaurer les objets lorsque c’est possible. Ce travail de sélection et de documentation des fragments des sculptures a déjà commencé.

Les experts de l’UNESCO se sont rendu sur le site archéologique de Palmyre, en particulier la grande colonnade, et examiné l’arc de triomphe détruit, l’agora et les ruines pulvérisées du temple de Baal Shamin. Tous les participants à la mission ont observé une minute de silence en mémoire aux victimes tuées sur le site de l’Amphithéâtre.

La mission n’a pu constater qu’à distance les dommages causés au Temple de Bel, encore inaccessible car les opérations de déminage ne sont pas terminées. La Citadelle mamelouk qui surplombe la ville et qui a subi de graves dommages est également inaccessible.

« Palmyre constitue l’un des piliers de l’identité syrienne, et une source de dignité pour tous les syriens. L’UNESCO est déterminée à assurer la sauvegarde de ce site et des autres, avec tous les partenaires, dans le cadre plus large des opérations humanitaires et de la construction de la paix », a rappelé la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

Un rapport complet sera présenté au Comité du patrimoine mondial à sa 40e session, à Istanbul, en Turquie, en juillet 2016, en vue de formuler des recommandations sur les mesures de sauvegarde à entreprendre. L’UNESCO enverra prochainement une mission internationale d’expert pour examiner plus en détail la situation des différents sites du patrimoine syrien, dont Palmyre. Une conférence internationale d’experts se tiendra à Berlin, les 2-3 juin 2016, sur la préservation des sites du patrimoine syrien.

 

(Extrait sonore : Mechtild Rossler, cheffe de la mission d’experts de l’UNESCO; propos recueillis par Janie Cangelosi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...