Soudan du Sud : la crise alimentaire s'aggrave de façon alarmante, selon l'ONU

Écouter /

Une mère et son enfant dans un hôpital soutenu par l'UNICEF à Bor, dans l'Etat de Jonglei, au Soudan du Sud. Photo UNICEF/Sebastian Rich

L’insécurité alimentaire au Soudan du Sud a atteint cette année un niveau alarmant, en raison d’un déficit céréalier environ 53% plus élevé qu’en 2015 et de l’augmentation des prix des produits alimentaires suite à l’effondrement des marchés, ont mis en garde mardi deux agences de l’ONU.

« Le conflit interne et des pluies défavorables ont réduit plus encore la production agricole au Soudan du Sud, contribuant à un déficit céréalier de 381.000 tonnes, soit une hausse de 53% par rapport à 2015, qui aggrave une pénurie alimentaire déjà considérée comme grave », ont averti l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), dans un communiqué de presse conjoint.

Selon les deux agences, les prix des céréales ont été multipliés par cinq depuis le début de l’année dernière et la population éprouve de plus en plus de difficulté à manger à sa faim.

La FAO et le PAM ont signalé en conséquence que la crise au Soudan du Sud se caractérise par des niveaux de faim alarmants : près de 5,8 millions de personnes, soit presque la moitié de la population du pays, ne savent pas de quoi sera fait leur prochain repas, tandis que le taux d’insécurité alimentaire a maintenant atteint les 12%, et a donc doublé depuis un an.

« Le Soudan du Sud fait face à un mélange mortel de conflit, de difficultés économiques et de pluies faibles. Tous ces éléments réunis, aggravent la période de soudure dont nous craignons qu’elle provoque davantage de souffrances liées à la faim et qu’elle augmente la malnutrition », a déclaré la Directrice du PAM pour le Soudan du Sud, Joyce Juma.

« L’insécurité alimentaire s’est propagée dans des zones auparavant considérées comme relativement stables, ce qui souligne l’impact cumulatif du conflit, de la récession économique et des chocs climatiques », a quant à lui indiqué le Représentant de la FAO au Soudan du Sud, Serge Tissot.

Pour tenter de remédier à cette situation, le PAM, la FAO ont déclaré que la priorité est l’amélioration immédiate de la sécurité à travers le pays l’obtention d’un accès humanitaire continu et de ressources pour fournir une aide alimentaire et des moyens de subsistance aux foyers les plus vulnérables, notamment dans les régions du Nil Supérieur et de l’Équatoria-Oriental.

(Extrait sonore : George Fominyen porte-parole du PAM au Soudan du Sud; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...