Réfugiés et migrants : Ban Ki-moon s'inquiète des politiques de plus en plus restrictives en Europe

Écouter /

Le 26 janvier 2016, des réfugiés et des migrants attendent pour entrer dans le centre d'aide pour réfugiés de Miratovac, dans le sud de la Serbie, à la frontière avec l'ex-République yougoslave de Macédoine, après avoir traversé la mer Méditerranée. Photo : UNICEF / Emil Vas

En visite à Vienne, en Autriche, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a exprimé jeudi son inquiétude concernant les politiques de plus en plus restrictives en Europe en matière d’immigration et de réfugiés.

« Nous avons une obligation morale, juridique et politique d’aider ceux qui fuient la guerre, les violations des droits de l’homme et les persécutions », a dit M. Ban dans un discours devant le Parlement autrichien.

Il a rappelé qu’au cours de son histoire récente, l’Autriche avait montré sa solidarité en accueillant des Hongrois fuyant la répression soviétique en 1956 et des milliers de réfugiés fuyant les guerres des Balkans dans les années 1990.

« Et l’automne dernier, quand la dernière vague de réfugiés est arrivée de Syrie et d’autres parties du Moyen-Orient, les Autrichiens se sont mobilisés dans les gares pour tendre une main chaleureuse », a-t-il ajouté, se disant « impressionné » par cette approche humaine.

Le Secrétaire général a pris note de la générosité affichée jusqu’à présent par les peuples et les gouvernements de l’Europe à l’égard des migrants et des réfugiés, et notamment par l’Autriche.

Il s’est toutefois dit préoccupé par le fait que « les pays européens sont en train d’adopter des politiques concernant les migrants et les réfugiés de plus en plus restrictives ». « Ces politiques et mesures affectent négativement les obligations des États membres en vertu du droit international humanitaire et du droit européen », a-t-il dit.

Ban Ki-moon s’est félicité des discussions en Europe, y compris en Autriche, sur l’intégration des nouveaux arrivants. « Mais je suis inquiet de la xénophobie croissante ici et ailleurs. Tous les dirigeants européens doivent respecter les principes qui ont guidé ce continent. La discorde et la marginalisation nuisent aux individus et à la sécurité », a-t-il dit.

Il a rappelé que lorsque le processus d’arrivée est bien géré, l’accueil des réfugiés est un succès pour tout le monde

« Ce sont des gens courageux, résilients et tournés vers l’avenir. Ils apportent des compétences nécessaires et de l’énergie à leurs nouvelles sociétés », a-t-il dit.

« Je comprends les difficultés et les défis. Je comprends parfaitement et sympathise [avec] l’ampleur des défis. Je suis convaincu que l’Autriche continuera de contribuer aux efforts de l’Union européenne pour forger une approche véritablement coopérative pour traiter ces questions. L’Organisation des Nations Unies va continuer à forger des solutions en collaboration avec l’Union européenne », a-t-il ajouté.

Il a rappelé que le 19 septembre, l’Assemblée générale des Nations Unies tiendra un sommet important sur les grands mouvements de migrants et de réfugiés à travers le monde. En outre, les 23 et 24 mai, l’ONU organise le Sommet humanitaire mondial à Istanbul, Turquie.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...