Malawi : l'ONU préoccupée par l'augmentation des lynchages

Écouter /

Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est dit préoccupé mardi par l’augmentation du nombre de lynchages au Malawi en 2016 et a appelé au renforcement de l’état de droit dans le pays pour y remédier.

« Nous sommes préoccupés par le nombre croissant de personnes tuées dans des lynchages au Malawi. Au cours des deux derniers mois, au moins neuf incidents distincts ont été signalés à travers le pays, dans lesquels 16 personnes ont trouvé la mort », a dit une porte-parole du HCDH, Cécile Pouilly, lors d’un point de presse à Genève, en Suisse.

Selon Mme Pouilly, le 28 mars dernier, une foule a pris d’assaut un poste de police et s’est emparée d’un détenu accusé de meurtre avant de l’assassiner à Dedza, une ville située à environ 85 km de la capitale, Lilongwe. Lors d’un autre incident, le 1er mars, sept personnes soupçonnées de trafic d’os humains ont été attaquées et brûlées vives par une foule en colère, dans le district de Nsanje, dans le sud du Malawi, a-t-elle ajouté.

La porte-parole a également signalé un incident survenu le 25 janvier 2016, dans le district de Neno, où quatre membres de la même famille ont également été battus à mort par la foule, qui les accusait d’avoir utilisé la sorcellerie pour foudroyer une femme de 17 ans. Dans un autre incident, le 3 février dernier, les habitants d’un canton à Blantyre, la deuxième ville du Malawi, ont mis le feu à un tribunal, apparemment pour éviter qu’il ne libère sous caution trois hommes soupçonnés de meurtre, a poursuivi la porte-parole.

« Nous saluons la déclaration prononcée le 30 mars par le Président Arthur Mutharika condamnant fermement ces crimes, et nous appelons tous les citoyens, les ONG et les organismes gouvernementaux à soutenir la police du Malawi dans sa lutte contre les lynchages, conformément à l’état de droit », a déclaré Mme Pouilly.

La porte-parole du HCDH a également demandé aux autorités du Malawi d’agir rapidement pour identifier et poursuivre les personnes impliquées dans ces lynchages et pour dédommager les victimes.

« Nous exhortons également les autorités à agir sur les causes profondes de ces attaques et à lancer une campagne de sensibilisation pour encourager les gens à signaler les crimes à la police, plutôt qu’à se faire justice eux-mêmes », a appelé Mme Pouilly.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...