Malawi : début des opérations de transfert des réfugiés mozambicains à Luwani

Écouter /

Des employés du HCR informent les nouveaux arrivants mozambicains sur le processus d’enregistrement à Kapise au Malawi, en février 2016. Photo: HCR-V.Selin

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés et ses partenaires ont entamé aujourd'hui le transfert de milliers de réfugiés mozambicains dans des camps implantés dans le sud-est du Malawi. Ces opérations devront s'étaler sur deux mois et le HCR entend ainsi déplacer ces Mozambicains qui vivent le long de la frontière avec le Malawi.

Le transfert des réfugiés mozambicains a commencé ce vendredi matin et ces opérations visent le transfert de près de 10.000 demandeurs d’asile dans le sud du Malawi. Un premier groupe de 81 réfugiés a ainsi quitté le district de Nsanje à bord de deux bus qui doivent parcourir plus de 320 km jusqu'à Luwani dans le sud-est du pays. Environ 200 à 500 demandeurs d’asile devant être transférés au cours de ce premier convoi à Kapise.

À leur arrivée dans cette localité malawite, ils vont rester deux jours dans un centre de transit, le temps qu'ils reçoivent une parcelle de terrain, de la nourriture, du matériel d’abri et des articles ménagers. Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) indique que ce déménagement sera effectué de manière progressive sur une période de 6 à 8 semaines. Le HCR et ses partenaires prévoient ensuite des convois quotidiens.

Plus de 10.000 Mozambicains sont arrivés au Malawi depuis la mi-décembre. Au pic de la crise en début mars, il y avait en moyenne près de 250 arrivées quotidiennes. Mais ce nombre a baissé sensiblement mais pour des réfugiés qui ont réussi à franchir ont informé le HCR qu’ils se tournent de plus en plus vers des itinéraires de rechange en raison d'une « présence militaire accrue » le long de la frontière entre les deux pays. Dans ces conditions, l'agence onusienne basée à Genève appelle tous les acteurs au respect absolu du droit de demander l’asile.

Ces Mozambicains qui se sont réfugiés au Malawi citent, comme motifs de leur départ, les affrontements entre des éléments armés de l’opposition RENAMO et les forces gouvernementales. Depuis juin 2015, des affrontements sporadiques ont parfois éclaté dans le nord du Mozambique, entre les forces gouvernementales et la RENAMO qui a rejeté les résultats des élections présidentielles et législatives de 2014. Les tensions sont ensuite montées d'un cran lorsque le chef de l'opposition, Afonso Dhlakama a annoncé son intention de s’emparer du pouvoir dans six des onze provinces du pays.

Il faut juste souligner que le Malawi accueille déjà quelque 25.000 réfugiés et demandeurs d’asile, principalement originaires de la région des Grands Lacs et de la corne de l’Afrique. Ils sont hébergés dans le camp de Dzaleka située à environ 35 kilomètres de Lilongwe. Ce camp est arrivé à la limite de sa capacité initiale d’accueil et les rations alimentaires ont été diminuées de moitié depuis la fin de l'année en raison notamment du manque de ressources pour aider les réfugiés.

(Interview: Nora Sturm, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...