L'offre mondiale de céréales devrait rester solide en 2016, estime la FAO

Écouter /

Photo : FAO/Danfung Dennis

La production mondiale de céréales devrait atteindre les 2 521 millions de tonnes en 2016, soit seulement 0,2% de moins que l’an dernier et le troisième meilleur rendement au monde de l’histoire, indiquent les premières prévisions de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour la nouvelle saison, publiées jeudi.

Des stocks considérables et une demande peu soutenue à travers le monde annoncent des conditions du marché relativement stables pour les produits céréaliers de base pendant au moins une saison supplémentaire, souligne en effet le dernier bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales.

La légère baisse de 0,2% de la production mondiale de céréales en 2016/17 annoncée par la FAO s’explique en grande partie par la chute de la production de blé dans le monde, qui devrait s’élever à 712,7 millions de tonnes, soit 20 millions de tonnes de moins qu’en 2015.

« Cette chute reflète principalement une baisse du nombre de plantations en Russie et en Ukraine, deux pays affectés par un climat sec », a déclaré l’agence dans un communiqué de presse.

Par ailleurs, l’indice FAO des prix des produits alimentaires pour le mois de mars, également publié jeudi, est en hausse de 1% par rapport à février, tandis que le prix du sucre et les cotations sur l’huile de palme, qui continuent de grimper, sont largement compensés par la chute du prix des produits laitiers.

« L’indice a atteint une moyenne de 151,0 points en mars, son plus haut niveau en 2016, mais reste encore 12% en dessous du niveau qu’il affichait l’année dernière », a dit la FAO.

L’indice FAO des prix des produits alimentaires est un indice pondéré selon les échanges suivant les cours sur les marchés internationaux pour cinq groupes de produits : les principales céréales, les huiles végétales, les produits laitiers, la viande et le sucre. Sa chute en 2015 s’explique par un approvisionnement important en nourriture, un ralentissement de l’économie mondiale et par la remontée du dollar américain.

Selon la FAO, les prix des céréales ont légèrement chuté en mars, une cinquième baisse mensuelle consécutive dans un contexte de perspectives pourtant favorables pour la nouvelle saison.

L’indice FAO des prix du sucre a quant à lui augmenté de 17,1% par rapport à février, atteignant son plus haut niveau depuis novembre 2014. Cette forte hausse s’explique principalement par les prévisions d’un déficit de production plus important lors de la campagne agricole en cours, mais a également mis en évidence une utilisation accrue du sucre brut pour la production d’éthanol au Brésil.

Concernant les prix des huiles végétales, l’indice FAO a également connu une forte hausse, s’établissant ainsi à 6,3% depuis février. Les prix de l’huile de palme ont aussi connu une croissance importante suite à une sécheresse prolongée en Malaisie et en Indonésie, les principaux producteurs au monde, selon la FAO, qui précise que les prix de l’huile de soja sont restés stables, tandis que les prix des huiles de tournesol et de colza ont baissé.

L’indice FAO des prix des produits laitiers a de son côté baissé de 8,2%, s’établissant à son plus bas niveau depuis 2009, du fait de l’effondrement des prix du beurre et du fromage, expliqué l’agence, ajoutant par ailleurs que l’indice FAO des prix de la viande est resté inchangé depuis le mois dernier.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...