HCR : les conditions ne sont pas réunies pour mettre en œuvre l'Accord UE-Turquie sur les migrants

Écouter /

Des réfugiés syriens arrivent sur l’île grecque de Lesbos en juillet 2015.(Photo: HCR/A.McConnell)

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est inquiété lundi des lacunes « graves et persistantes» qui demeurent, tant en Grèce qu'en Turquie, concernant les garanties pour les personnes ayant besoin d'une protection internationale et pour les demandeurs d'asile.

Ces déclarations font suite au renvoi de quelque 200 migrants et réfugiés au port de Dikili en Turquie, par la Grèce, lundi 4 avril, suite à la mise en œuvre du récent Accord entre l'Union européenne (UE) et la Turquie, qui vise à endiguer le nombre de réfugiés et migrants qui affluent vers les côtes européennes.

Le HCR ne remet pas en question les retours de personnes n’ayant pas besoin de protection internationale et n’ayant déposé aucune demande d’asile, à condition que leurs droits humains soient respectés.

La principale préoccupation de l'agence concernant la mise en place de cet accord est le manque de garanties en Grèce et en Turquie.

L'Accord fait référence à certaines garanties, notamment que les individus nécessitant une protection internationale puissent demander asile en Grèce et justifier pourquoi ils seraient en danger s'ils retournaient en Turquie.

« Nous pensons que le système d'asile en Grèce est actuellement débordé, que ces garanties ne sont pas assurées et que le programme ne devrait pas être mis en place jusqu'à ce qu'elles le soient » a déclaré la porte-parole du HCR Ariane Rummery lors d'une interview avec la Radio des Nations Unies.

Du côté turc, il s'agit aussi de s'assurer que les individus qui ont besoin d'une protection internationale puissent l'obtenir, quelle que soit leur nationalité, selon les normes internationales.

Selon le HCR, la Turquie a fait beaucoup de progrès ces dernières années pour mettre en place des systèmes de protection internationale en phase avec les obligations internationales, mais ces efforts doivent être poursuivis afin que les migrants puissent y avoir accès.

(Extrait sonore : Ariane Rummery, porte-parole du HCR; propos recueillis Jocelyne Sambira)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...