Accord de Paris: le Sénégal appelle à appuyer les transitions énergétiques des pays en développement

Écouter /

Le PRésident du Sénégal Macky Sall signe l’Accord de Paris. (Photo: ONU)

Le Sénégal s'engage à respecter la politique de réduction de gaz à effet de serre de 21% d'ici 2020, a déclaré le Président du pays ouest africain suite à sa signature de l'Accord de Paris ce vendredi, au Siège des Nations Unies à New York.

Macky Sall a également souligné que son pays changeait sa politique énergétique.

« Nous avions un mixe qui intégrait des énergies fossiles et carbonées, aujourd'hui nous avons abandonné cette option pour véritablement nous orienter vers les énergies renouvelables » a-t-il précisé.

« C'est là où nous avons besoin de la compensation pour que les énergies nouvelles soient compétitives au même titre que les autres », a ajouté le Président.

Selon Macky Sall, la notion du Fonds vert « peut avoir un sens si c'est une compensation qui doit permettre au pays en développement et qui sont avide en croissance qui vont vers l'émergent d'éviter d'emprunter les mêmes chemins que les pays industrialisés ».

Pour lui, l'Accord de Paris marque une grande prise de conscience universelle sur la nécessité du monde entier de prendre ses responsabilités et de respect de l'équilibre de la Terre et de faire les efforts qu'il faut pour que l'avenir de notre planète soit préservé.

La signature de l'Accord est un geste, il faut la ratification, mais il faut surtout les moyens conséquents qui doivent, a-t-il insisté.

Le Président ouest africain a souligné que les implications pour la région africaine sont importantes, le continent étant parmi les moins pollueurs, avec environ 4% de pollution, alors qu'il subit la plus grande exposition aux effets du changement climatique.

« Nous nous avons intérêt à ce que cet Accord soit signé et à ce que les grandes nations industrialisées respectent leur signatures en réduisant le réchauffement climatique et en contribuant également en termes de financement sur le Fonds vert et des alternatives énergétiques », a-t-il affirmé.

Même si le Fonds existe déjà il faut changer les méthodes afin qu'elles permettent véritablement de financer la transition énergétique tout en respectant le principe du pollueur payeur et la responsabilité différenciée.

« Tout cela est bien dit maintenant il faut passer à l'action », a conclu Macky Sall, avant d'aller présenter son allocution.

(Interview : Macky Sall, Président du Sénégal; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...