A Bakou, des jeunes appellent à construire des sociétés plus inclusives lors d’un forum mondial de l’ONU

Écouter /

Environ 150 représentants de la jeunesse participent au Forum mondial de l'Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC)à Bakou, en Azerbaïdjan en avril 2016. Photo Masayoshi Suga/ONU

Venus des quatre coins du monde pour assister à une conférence des Nations Unies sur l’inclusion sociale dans la capitale azerbaïdjanaise Bakou, des jeunes issus de tous les milieux ont confié lundi au Centre d’actualités de l’ONU leur vision pour une société du futur moins fragmentée.

« Les gens sont déconnectés parce qu’ils n’ont aucune idée de l’expérience vécue par les autres », a déclaré dans un entretien Rashida M. Namulondo, une actrice de l’Ouganda, lors de l’événement de préouverture du septième Forum mondial de l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC), qui débutera officiellement le 26 avril pour une durée de deux jours.

Rashida M. Namulondo gère une plate-forme Internet grâce à laquelle les utilisateurs peuvent partager leurs expériences respectives.

« Il est important que nous puissions partager notre histoire personnelle et écouter celle des autres », a-t-elle dit, insistant sur la capacité de la narration à « guérir le cœur des gens ».

Lou Louis Koboji Loboka, un chercheur travaillant dans un laboratoire médical au Soudan du Sud, figurait également parmi les 150 participants à cet événement pour la jeunesse, intitulé ‘Vivre ensemble dans des sociétés inclusives : les récits de demain’.

Après avoir été déplacé dans un Etats voisin, Lou Louis Koboji Loboka est retourné au Soudan du Sud pour y fonder un centre de formation en santé.

« Beaucoup de jeunes ne sont pas instruits, et ne contribuent pas à l’avenir du pays à l’heure où je vous parle », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il est venu à Bakou pour tenter de comprendre comment les autres pays parviennent à mobiliser leur jeunesse.

Tout comme les autres participants, M. Lou Louis Koboji Loboka a été sélectionné parmi 6.000 jeunes candidats, issus de plus 160 pays, pour participer à l’évènement de préouverture et encourager, dans ce cadre, les jeunes du monde entier à partager leurs histoires personnelles via Facebook, WhatsApp et d’autres plates-formes en ligne.

Les 150 jeunes sélectionnés se sont organisés en 10 groupes de travail, censés se pencher sur des sujets différents. Par exemple, un groupe traite des récits personnels exprimant le point de vue des migrants, tandis qu’un autre groupe s’occupe des récits des personnes vivant dans des zones de conflit.

Ranim Asfahani, de la Syrie, a choisi de rejoindre le groupe thématique sur les jeunes et les enfants, car elle travaille dans une organisation non gouvernementale visant à améliorer les conditions de vie de ce groupe démographique.

Shuhei Sakoguchi, étudiant à l’Université Soka au Japon et de confession bouddhiste, a quant à lui intégré le groupe thématique sur le dialogue interreligieux.

Pour Minh Anh Thu, du Viet Nam, ces projets interculturels innovants et cet événement pour la jeunesse fournissent une occasion unique de réfléchir sur le développement communautaire et l’investissement dans la jeunesse dans son propre pays.

Les jeunes participants à l’évènement ont été accueillis par le Haut-Représentant de l’Alliance des civilisations des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, qui a souligné leur capacité à transformer le monde.

« Pour l’Alliance, il ne peut y avoir de sociétés inclusives sans la pleine participation des jeunes », a-t-il dit à cette occasion.

Le contenu des discussions de l’évènement devrait être présenté aux hauts responsables de l’ONU et dirigeants politiques amenés à prendre part aux travaux du septième Forum mondial de l’UNAOC.

(Interview : Christian Chirigi-Christo, activiste congolais pour la paix, Bukavu, RDC; propos recueillis par May Yaacoub)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...