UNDOC : une approche localisée pour mieux lutter contre les stupéfiants

Écouter /

Yury Fedotov, directeur executif de l'Office des Nations Unies contre les drogues et le crime. Photo ONU/R.Bajornas

Lundi a débuté à Vienne en Autriche, la 59ème session de la Commission des stupéfiants. Cette session d’une semaine constitue un préambule à la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur les problèmes liés à la drogue, prévue en avril. Dans son discours d'ouverture le Directeur général de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), Yuri Fedotov a évoqué les nombreuses résolutions examinées ces prochains jours, notamment en matière de prévention et traitement de stupéfiants, le renforcement de partenariats internationaux et régionaux pour contrôler la circulation des stupéfiants.

Pour Yuri Fedotov, l'approche pour la lutte contre les stupéfiants à travers le monde doit être inspirée par des priorités localisées, comme la production et le trafic de dérivés de produits à base d'opium en provenance d'Afghanistan.

Autre inquiétude la fragilité en matière de sécurité dans certaines régions en Afrique de l'ouest et de l'Est; mais également les violences meurtrières en Amérique centrale et la croissance de groupes criminels organisés et d'extrémistes violents qui profitent du commerce illicite de stupéfiants.

L'incessante prolifération de substances psychoactives est une autre source de préoccupation. Selon l'UNDOC près de 27 millions de personnes souffrent de troubles liés à l'usage de drogues, et près de 200 000 personnes meurent chaque année d'overdose ou d’autres conditions liées aux stupéfiants.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

 

Classé sous Droit et crime, L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...