Syrie / 5 ans : Ban Ki-moon appelle toutes les parties à appuyer les pourparlers

Écouter /

Des résidents du camp de Tesreen à Alep, en Syrie. Photo OCHA/Josephine Guerrero

A l'occasion du cinquième anniversaire du début du conflit, le Secrétaire général des Nations Unies a appelé les parties syriennes, les parties prenantes régionales et internationales et le Conseil de sécurité à saisir l'occasion, à assumer leurs responsabilités et à contribuer à mener à bien les négociations en cours à Genève.

Selon Ban Ki-moon, si nous manquons cette occasion, les conséquences pour le peuple syrien et le monde sont trop effrayantes à contempler.

Le chef de l'ONU a souligné que cette guerre a tué plus de 250.000 Syriens et a forcé la moitié de la population à fuir leurs foyers.

Le Secrétaire général a estimé que les autorités du pays auraient pu répondre pacifiquement aux demandes légitimes du peuple syrien, il y a 5 ans, par un dialogue sincère et la mise en œuvre de réformes.

Il a également ajouté que les acteurs régionaux et internationaux auraient pu s’unir pour aider la Syrie à stabiliser la situation, plutôt d’instrumentaliser le dans le cadre des rivalités régionales et des intérêts géostratégiques.

« Au lieu de cela, plus de 250.000 Syriens ont été tués. Près de la moitié de tous les Syriens ont été forcés de quitter leurs foyers pour se réfugier à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Le monde a été confronté à une catastrophe humanitaire sans précédent. Les groupes terroristes, tels que Daesh et le Front el-Nosra, ont profité du chaos ambiant. Des combattants étrangers et des milices sectaires sont passés de nuit en Syrie pour rejoindre les combats. Des hommes, femmes et enfants syriens se sentent abandonnés par la communauté internationale », a déploré le Secrétaire général.

Pour sa part le HCR a appelé à une immense vague de solidarité pour affronter la plus grave crise humanitaire et de réfugiés de notre temps.

Aussi l'Envoyée spéciale, Angelina Jolie, s'est rendue aux côtés des réfugiés au Liban.

Elle a souligné que « le nombre de réfugiés est aujourd'hui plus élevé que la dernière fois que nous avons eu une guerre mondiale » et affirmé que « nous sommes à un moment particulièrement difficile sur le plan international, où les conséquences de la crise des réfugiés semblent dépasser notre volonté, notre capacité et même notre courage d’y répondre », avant de lancer un message aux gouvernements du monde.

« Mon plaidoyer aujourd’hui est que nous avons besoin que les gouvernements du monde entier fasse preuve de leadership.: qu'ils analysent la situation et comprennent exactement ce que leur pays peut faire, combien de réfugiés ils peuvent aider et comment, dans quelles communautés et dans quels délais; et qu'ils expliquent cela à leurs citoyens et qu'ils apportent des réponses aux craintes qui soient non pas basées sur l’émotion, mais sur une évaluation mesurée de ce qui peut et doit être fait pour partager la responsabilité et surmonter cette situation », a déclaré la star de renommée mondiale et défenseur des réfugiés.

 

(Extrait sonore : Angelina Jolie Pitt, Envoyée spéciale du HCR)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...