Sika Kabore : « Mettre fin aux violences contre les femmes »

Écouter /

La situation des femmes au Burkina Faso (Crédit photo : Evan Schneider/ONU)

La première dame du Burkina Faso, Sika Bella Kabore a participé mardi après-midi, au Siège de l'ONU, à New York, à une réunion de concertation francophone de haut niveau sur la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles, en marge de la 60ème session de la Commission de la condition de la femme. Dans son intervention, elle a insisté sur la nécessité de mettre un terme aux violences faites aux femmes. Pour ce faire, elle a mis l'accent sur le rôle que tout un chacun – État, individu, parents, société civile – doit jouer.

Au micro de la Radio des Nations Unies, la première dame du Burkina Faso est également revenue sur la priorité à accorder à la lutte contre l'excision qui est notamment pratiquée dans son pays. Elle a rappelé que le Burkina Faso a été l'un des États instigateurs de la résolution contre les violences faites aux femmes.

Juriste de formation, Sika Bella Kabore s'est investie depuis plusieurs années pour la cause de la femme et des enfants. Elle a fondé en 2006, une association d'aide à la santé préventive dénommée « Kimi ». En langue dioula, Kimi signifie parapluie, et au sens large, protection et prévention. L'Association se concentre sur la promotion de la santé maternelle et infantile au Burkina Faso.

(Extrait sonore : Sika Bella Kabore, première dame du Burkina Faso; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...