La RDC regrette les manquements d'une résolution adoptée par le Conseil de sécurité

Écouter /

Ignace Gata Mavita, Représentant permanent de la République démocratique du Congo, lors de son intervention devant le Conseil de sécurité. Photo: ONU/Loey Felipe

Le Conseil de sécurité a prorogé, mercredi, d'un an le mandat de la MONUSCO, la Mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo avec l'adoption, à l'unanimité, d'une résolution qui comprend également des dispositions relatives à l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération, la situation politique et des droits de l'homme dans le pays, ainsi qu'aux activités des groupes armés, dont les FDLR, les ADK et la LRA.

A l'issue de ce vote, le Représentant permanent de la RDC s'est toutefois inquiété que ce texte passe sous silence la situation dans l'est du pays, « pourtant grave », relevée dans le dernier rapport du Groupe d’experts sur la RDC.

Ignace Gata Mavita a affirmé ce rapport fait état de refugies burundais « recrutés dans un pays voisin, entrainés militairement par ce pays, armés et infiltrés en RDC avec des cartes d’électeurs congolais en vue d’aller semer des troubles au Burundi ».

« Mon pays, qui souffre déjà des crimes de tout genre que commettent les groupes armés et les forces négatives sur ses populations, ne peut accepter de devenir encore une fois de plus le bastion d’un nouveau groupe armé étranger », a-t-il notamment affirmé.

Le Représentant de la RDC a également regretté l'adoption d'une résolution qui présente, selon lui un tableau anachronique au regard des progrès réalisés sur le terrain, et qui empièterait en outre sur la compétence de la Commission Electorale Nationale.

(Extrait sonore : Ignace Gata Mavita, Représentant permanent de la République démocratique du Congo)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...