Iran : le Rapporteur spécial de l'ONU exhorte le régime à mettre fin aux discriminations

Écouter /

Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran – UN Photo/Cia Pak

Le Conseil des droits de l'homme s'est réuni aujourd'hui à Genève pour examiner le rapport d'Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial sur l'évolution de la situation des droits de l'homme dans la République islamique d'Iran.

Ahmed Shaheed a commencé par souligner les récents gestes d'ouverture du Gouvernement et du Parlement, notamment les modifications apportées au Code de procédure pénale et l'examen de certaines lois entravant l'exercice des droits fondamentaux. Le rapport d'Ahmed Shaheed fait aussi état d'abus graves commis en Iran.

Ahmed Shaheed: « Plus de 966 personnes ont été exécutées depuis 2015, le taux le plus élevé enregistré en 20 ans (…). Plus de 47 journalistes et activistes sur les réseaux sociaux ont été emprisonnés depuis le début de l'année 2016.

Plus de 272 cyber cafés ont été fermés en 2015 en raison de, je cite, « la menace qu'ils présentent envers les valeurs et les normes de la société », fin de citation. (…)

J'ai reçu d'autres rapports qui font encore état de la persécution des chrétiens d'Iran par des groupes musulmans ».

Selon le rapporteur, ces abus montrent qu'il existe encore un écart flagrant entre les obligations légales de l'Iran et leur application sur le terrain. Il a rappelé que « la liberté de religion et de croyance signifie pouvoir choisir sa religion ou sa croyance » et a appelé les autorités iraniennes à relever l'âge de la responsabilité pénale à 18 ans sans discrimination entre filles et garçons.

Bien que les problèmes soulignés par ce rapport soient importants, il réaffirme que des solutions restent possibles si le gouvernement accepte d'entreprendre des actions pour mettre fin à toutes les formes de discrimination qui, dans la législation et dans la pratique, entravent l'exercice des droits fondamentaux.

Le représentant de l'Iran, bien qu'assurant la pleine coopération de son pays avec le Conseil des droits de l'homme, a maintenu que la présence du rapporteur était injustifiée et que ce rapport ne reflétait pas la situation des droits de l'homme en Iran.

D'autres intervenants, notamment les États-Unis et la République populaire démocratique de Corée, ont également participé à cette réunion.

(Extrait sonore : Ahmed Shaheed, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...