Genève : reprise des pourparlers de paix sur la Syrie autour du 9-10 avril

Écouter /

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura à Genève lors de ce premier cycle de pourparlers de paix sur la Syrie (Photo: ONU)

Les pourparlers de paix sur la Syrie reprendront autour du 9-10 avril prochain à Genève. En clôturant un premier round de discussions de proximité entre Damas et l’opposition,  l’envoyé spécial pour la Syrie a souhaité que ces prochaines consultations portent sur le processus de transition. « J’espère que le prochain cycle de discussions ne portera pas à nouveau sur les principes. Nous en avons suffisamment parlé. Mais nous devons commencer à nous focaliser sur le processus politique », a déclaré jeudi Staffan de Mistura, lors d'un point de presse ce jeudi à Genève, au dernier jour du cycle de discussions en cours.

 

Staffan de Mistura espère vivement que les pourparlers de paix sur la Syrie vont vraiment entrer dans le vif du sujet lors de cette seconde série de consultations. Un nouveau round où il sera question de processus politique menant à des discussions plus approfondies sur la transition. Et non pas à s'éterniser sur des principes.

A la clôture de ce premier round de discussions indirectes entre Damas et l’opposition à Genève, le médiateur de l'ONU va retrouver les belligérants syriens autour du 9 et 10 avril prochain.   Sur les bords du Lac Léman, la délégation gouvernementale et celle de l'opposition représentée par le Haut Comité des Négociations (HCN) vont se pencher sur un document débouchant sur 12 principes de base. Et le choix de ces douze pistes de discussions est « un bon moyen de trouver des convergences » entre Syriens, estime d'ailleurs l’émissaire de l’ONU lors d'un point de presse ce jeudi au Palais des Nations.

Ces points portent sur le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie avec un Etat laïc et une égalité des droits pour tous les Syriens. Une nouvelle Syrie démocratique, non sectaire basée sur le pluralisme politique, avec une armée nationale unifiée. Le document rappelle que c'est au peuple syrien de se prononcer sur l’avenir de leur pays par des moyens démocratiques et sans ingérence extérieure. Une Syrie où les femmes doivent être fortement représentées et où les actes de vengeance sont bannis.

Sur le processus politique en tant que tel, ce mémorandum décrit les contours de la bonne gouvernance devant mener à cette transition politique, avec un fort besoin de lutter contre le terrorisme. Outre l'épineuse question des réparations des victimes de ce conflit, le document se penche aussi sur les conditions du retour de millions de réfugiés et des personnes déplacées qui continuent de fuir les violences.

A cet égard, Staffan de Mistura a rappelé que ce dimanche marquera le premier mois de l'application de la cessation des hostilités sur le terrain.

Concernant l'atmosphère générale des discussions intersyriennes, le diplomate italo-suédois a loué le calme, le sérieux et le professionnalisme des deux parties.  Une façon de rappeler qu'il n'y a pas eu de coups d'éclat de la part des belligérants syriens tout au long du premier round de ces pourparlers de paix à Genève.

(Correspondance d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies.)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...