Genève : les discussions sur la Syrie prévues du 14 au 24 mars

Écouter /

Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie (au milieu) entouré à sa gauche par son Conseiller spécial Jan Egeland et à sa droite par le Coordinateur humanitaire de l’ONU en Syrie, Yacoub el-Hillo (photo : ONU/ Anne-Laure Lechat)

Les pourparlers de paix sur la crise syrienne devraient reprendre lundi 14 mars prochain. Lors d'un point de presse ce mercredi à Genève, l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie a indiqué que certains membres des parties prenantes commencent à arriver aujourd'hui sur les bords du Lac Léman. Selon Staffan de Mistura, des discussions informelles et préparatoires devraient commencer dès l’arrivée de n’importe quelle partie, alors que les pourparlers « de fond » sont attendus dès lundi. Une série de discussions qui n’ira pas au-delà du 24 mars.

 

« Les discussions de fond débuteront lundi 14 mars, précise Staffan de Mistura.  Dès à présent, les délégations vont arriver au cours des prochains jours et même le week-end.  Ces pourparlers de fond ne vont pas durer au-delà du 24 mars.  Il y aura une pause d’une semaine à dix jours et ces discussions de proximité reprendront ensuite.

Permettez-moi de préciser très clairement que lorsque nous reprendrons ces pourparlers, l'accent sera mis sur le fond. Par conséquent, la question de la trêve et les problèmes de l'accès humanitaires seront abordés lors des travaux du Groupe de travail sur l'accès humanitaire et la Task Force sur la cessation des hostilités. L'accent des discussions intersyriennes sera donc mis sur la formation d’un nouveau gouvernement, la rédaction d’une nouvelle Constitution et l’organisation, dans un délai de 18 mois, d’élections présidentielle et parlementaires ».

Sur le plan humanitaire, les Nations unies précisent que les organismes humanitaires ont pu livrer de l’aide à 10 des 18 zones assiégées au cours des quatre dernières semaines. L’ONU et ses partenaires ont ainsi pu apporter de l’aide à 238.845 personnes vivant dans des zones assiégées ou difficiles d’accès de Syrie. « C’est un beau résultat. L’année dernière, c’était zéro », a fait remarquer Staffan de Mistura.

Par ailleurs, son conseiller spécial, le Norvégien Jan Egeland, a ajouté que six régions assiégées importantes n'ont pas pu être atteintes, dont « Déraya et Douma, ni Deir Ez-Zor  où quelque 200.000 personnes sont prises au piège par le groupe djihadiste Etat Islamique.

Dans tous les cas, les Nations Unies s’efforcent de surmonter ces obstacles restants et d’atteindre les zones encore isolées. Car l'objectif  affiché par le Coordinateur humanitaire de l’ONU en Syrie, Yacoub el-Hillo, est de livrer d’ici fin avril de l’aide à 870.000 personnes dans les régions difficiles d’accès de Syrie.

(Extrait sonore : Staffan de Mistura, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Syrie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...