Conseil des droits de l'homme : un Expert indépendant de l'ONU insiste sur la reddition des comptes en Corée du Nord

Écouter /

Le Conseil des droits de l’homme s’est penché, ce matin, sur la situation des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée. Le Rapporteur spécial, Marzuki Darusman a ainsi décrit les violations massives et systématiques des droits de l’homme commises dont est victime la population de ce pays, citant en particulier l’insécurité alimentaire croissante, les camps de prisonniers, le travail forcé à grande échelle, les mauvais traitements et les actes de tortures.  M. Darusman – qui présentait son rapport en l’absence du pays concerné – a insisté sur la reddition des comptes et réclamé l’ouverture de poursuites contre les responsables nord-coréens.

« Je voudrais demander à nouveau à la communauté internationale de faire en sorte que les dirigeants de la République populaire démocratique de Corée répondent de leurs actes, notamment Mr. Kim Jong-un.

Au cours des deux dernières années, les choses ne semblent guère avoir évolué. Pyongyang préfère dépenser d’abondantes ressources dans la recherche nucléaire et dans le développement d’armes de destruction massive. Alors que sa population continue de souffrir d'insécurité alimentaire et tandis que le gouvernement envoie systématiquement certains de ses citoyens à l’étranger pour gagner des devises étrangères, les Nord-Coréens travaillent toujours dans des conditions très laborieuses ».

Sur la reddition des comptes, l'expert indépendant onusien a décliné différentes possibilités d’établir la responsabilité juridique collective et individuelle des autorités politiques et militaires de la République populaire démocratique de Corée. Marzuki Darusman cite à cet égard le préambule du Statut de Rome de la Cour pénale internationale selon lequel « c’est toujours aux États qu’il incombe en premier de poursuivre les suspects de crime de guerre devant leurs propres tribunaux ». Le Rapporteur spécial estime que le Conseil de sécurité des Nations Unies devrait saisir la Cour pénale internationale de la situation des droits de l’homme dans la République populaire démocratique de Corée, comme l’avait explicitement recommandé la commission d’enquête.

Ce rapport a été présenté en l’absence de la délégation de la République populaire démocratique de Corée qui n'a pas assisté, ce lundi à Genève, aux travaux du Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

(Extrait sonore : Marzuki Darusman, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...