Conseil des droits de l'homme : les défis du Mali face aux groupes djihadistes

Écouter /

Gouvernance, sécurité et réforme institutionnelle, notamment dans le domaine judiciaire et lutte contre l'impunité. Au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, l'Expert indépendant a décrit les défis auxquels le Mali est confronté. Des défis que Suliman Baldo juge énormes et multiformes. A Genève, il s'est également préoccupé par la situation sécuritaire dans certaines zones et surtout l'intensification des attaques, contre les forces de la MINUSMA, les forces armées maliennes (FAMA) et des civils, par des groupes djihadistes.

 

L'Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali notes des avancées positives dans ce pays, avec notamment l'arrêt des combats et le respect du cessez-le-feu liant forces gouvernementales et groupes armés dans le Nord du pays. S'il ajoute que certaines initiatives ont été prises par Bamako sur la mise en œuvre de l'accord de paix, Suliman Baldo s'est fait l'écho de l'impatience des groupes armés sur les lenteurs au niveau politique. Devant le Conseil des droits de l'homme, l'expert indépendant a rappelé les défis auxquels Bamako est confronté et qui vont de la réforme du secteur judiciaire à la lutte contre l'impunité et surtout la persistance de l'insécurité dans certaines zones.

« L'intensification des attaques, contre les forces de la MINUSMA, les FAMA et des civils, par des groupes violents extrémistes s'est étendue au centre et au sud du pays, fait remarquer Suliman Baldo.  A ces attaques s'ajoutent les risques grandissants de violence intercommunautaire et la montée des agressions de narcotrafiquants et autres bandits armés contre la circulation des personnes et de leurs biens ».

Du côté de Bamako, on insiste sur le caractère imprescriptible des crimes et la non amnistie des auteurs de graves violations des droits humains. « En dépit des efforts du Gouvernement, de la société civile et de la communauté internationale, la situation des droits de l'homme demeure fragile avec notamment la recrudescence des attentats terroristes », a rappelé Mme Aya Thiam Diallo, Ambassadrice du Mali à Genève.

Dans ces conditions, Bamako a sollicité le renouvellement du mandat l'Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali, pour permettre une assistance continue ainsi que le suivi et l’évaluation des progrès dans le domaine de la promotion et de la protection des droits humains au Mali.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec des extraits sonores de Suliman Baldo, Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali ; et Aya Thiam Diallo, Représentante permanente du Mali auprès de l'ONU à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...