Conseil des droits de l'homme : des enquêteurs de l’ONU saluent une « baisse significative » de la violence en Syrie

Écouter /

Paulo Sergio Pinheiro, Président de la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie lors d’une conférence de presse à Genève. Photo d’archives: ONU /J. M. Ferré

Cinq ans de guerre sans merci continuent de déchirer la Syrie et son peuple. Devant le Conseil des droits de l'homme, la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie note que depuis 2011, ce conflit a produit un nombre sans fin des victimes innocentes, hommes, femmes et enfants. Mais derrière ce bilan effroyable qui témoigne d'un quotidien épouvantable des Syriens, les enquêteurs de l'ONU notent avec satisfaction les dernières initiatives diplomatiques. L'équipe de Paulo Sergio Pinheiro a ainsi salué « la baisse significative » de la violence en Syrie, résultat du dernier accord sur la cessation des hostilités.

Pour la première fois, il y a une lueur d'espoir en Syrie. Le Président de la Commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie décrit sans détour les derniers développements diplomatiques dans ce pays.  S’adressant au Conseil des droits de l’homme de l’ONU ce mardi à Genève, Paulo Sergio Pinheiro a salué l’accord de cessation des hostilités en Syrie qui a permis à beaucoup de Syriens de « ressentir un retour à la normale ».

Mais en dépit de ces progrès notés sur le terrain, il ne faut pas oublier que de nombreux abus se poursuivent encore en Syrie.

Paulo Sergio Pinheiro : « Des milliers de personnes sont détenus et torturés. Certains d'entre elles décèdent dans ces prisons. Plusieurs Syriens sont toujours portés disparus. Daech continue à utiliser des attaques suicides dans les régions ne relevant pas de son contrôle. A cet égard, nous sommes particulièrement horrifiés par l'esclavage sexuel dont sont victimes des femmes et filles Yézidis. Et plus de 3.000 de ces femmes sont toujours détenues par le groupe terroriste ».

Ces propos de M. Pinheiro interviennent au lendemain du nouveau cycle de pourparlers à Genève entre représentants de Damas et de l’opposition afin de trouver une solution politique au conflit syrien. A cet égard, les enquêteurs de l’ONU notent que ces nouvelles initiatives diplomatiques en Syrie ne doivent pas pour autant faire oublier l’impératif de justice pour toutes les graves violations commises en Syrie.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève, avec un extrait sonore de Paulo Sergio Pinheiro, Président de la commission d'enquête internationale indépendante sur la République arabe syrienne)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...