Centrafrique : l'impatience du Conseil des droits de l'homme pour la mise en place effective d'une Cour pénale spéciale

Écouter /

Lors de l'examen du rapport de l'Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme en Centrafrique, il a été beaucoup question des défis qui attendent le nouveau chef de l’État de la RCA, M. Faustin Archange Touadéra. A Genève, Marie-Thérèse Keita-Bocoum a ainsi décrit une situation extrêmement préoccupante à l'intérieur de la Centrafrique malgré des améliorations notées à Bangui, grâce aux actions des forces internationales. C'est la raison pour laquelle, sur les bords du Lac Léman, le Conseil des droits de l'homme s'est penché sur «la mise en œuvre immédiate d’un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion, et la réforme du secteur de la sécurité ». Des étapes considérées comme cruciales pour le renouveau de la RCA.

 

En dépit d'une amélioration de la situation sécuritaire surtout à Bangui, beaucoup reste à faire pour la protection des civils. Devant le Conseil des droits de l'homme, l'Experte indépendante de l'ONU sur la RCA s'est préoccupée de la précarité et de la persistance de poches d'insécurité à l'intérieur de la Centrafrique. Marie-Thérèse Keita-Bocoum cite à cet égard les récents meurtres de civils au début du mois à Bambari ainsi que les actes de violence, meurtres et enlèvements par des éléments de la LRA dans l'est de la RCA.

Les pistes de Marie-Thérèse Keita-Bocoum pour consolider les acquis de la transition.  « Le 27 mars prochain, les centrafricains sont appelés à élire au second tour leurs représentants au Parlement. Il serait dommageable que certains candidats sur lesquels pèsent des allégations de violations des droits soient élus».

Tout en plaidant pour un «plan Marshall» pour son pays, l’Ambassadeur de la Centrafrique à Genève insiste aussi sur la lutte contre l'impunité.  Léopold Ismaël Samba : «La réconciliation du reste indispensable, ne saurait être synonyme d’impunité».

Plusieurs délégations ont lancé un appel à la communauté internationale pour accompagner les nouvelles autorités centrafricaines dans les programmes de désarmement des combattants et la réforme sécuritaire en RCA.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec des extraits sonores de Marie-Thérèse Keita-Bocoum, Experte indépendante de l'ONU sur situation des droits de l'homme en RCA ; et l’Ambassadeur Léopold Ismaël Samba, Représentant permanent de la RCA auprès de l'ONU à Genève)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...