« Ce n'est pas le moment d'abandonner la RDC », avertit le Coordonnateur humanitaire de l'ONU

Écouter /

Une petite fille de Kikonka, un village de la Province au Bas-Congo, en République démocratique du Congo (RDC). Photo UNICEF/O. Asselin

« Ce n'est pas le moment d'abandonner la République démocratique du Congo ». De passage à Genève pour plaider la cause congolaise auprès des pays donateurs, le Coordonnateur humanitaire de la RDC a renouvelé son appel à la générosité de la communauté internationale.  Le 3 février dernier, les Nations Unies et les autorités congolaises avaient en effet lancé un appel de fonds de 690 millions de dollars pour pouvoir fournir une aide vitale à près de six millions de personnes. Et sur les bords du Lac Léman, Dr Mamadou Diallo a donc réitéré cet appel à la solidarité constante envers le peuple congolais.

 

Dans cette interview accordée à la Radio des Nations Unies, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies chargé des affaires Humanitaires en RDC rappelle d'ailleurs qu'avec l'aide de la communauté des donateurs et du monde humanitaire depuis de nombreuses années, la RDC est sur le « chemin de la stabilité » qui va leur permettre de prendre la voie du développement. « Cette chance du succès est devant nous. Abandonner maintenant, cela voudrait dire que c'est se priver d'une victoire qui est juste là en face de nous », fait remarquer Dr Mamadou Diallo.

Dans la perspective des futures élections présidentielle et législatives prévues en novembre prochain, le Représentant adjoint de la Mission de l'ONU en RDC (MONUSCO) se veut optimiste. « Nous prenons à rêver qu'il y aura des élections pacifiques et transparentes et qui permettront aux Congolais de choisir les hommes et les femmes qui vont diriger leur pays dans les années à venir », a souligné le Coordonnateur humanitaire de l'ONU en RDC. « Nous avons encore cet espoir là et nous continuons à marteler ce message avec les Congolais qu'une élection est une retrouvaille avec les citoyens et ça ne devrait pas être une cause de conflit ».

Lors du lancement de l'appel de fonds de 690 millions de dollars le 3 février dernier, les organismes humanitaires ont rappelé que si 7,5 millions de personnes nécessitent une assistance, 6 millions de personnes sont ciblées, notamment les plus vulnérables. Les femmes représentent ainsi plus de la moitié des personnes visées par l’appel. Par ailleurs, même si les humanitaires ont identifié des besoins dans chacune des 26 provinces de la RDC, le Nord Kivu, le Sud Kivu et le Tanganyika représentent 33% des besoins, avec 2,5 millions de personnes ciblées par l’appel.

(Interview : Dr Mamadou Diallo, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies, chargé des affaires Humanitaires en RDC ; Propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/09/2016
Loading the player ...