Burkina Faso : les difficultés de financement mettent en danger la vie des réfugiés maliens, selon l’ONU

Écouter /

Des réfugiés maliens en route vers le Burkina Faso. Photo: HCR/B. Sokol

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont averti mardi que si de nouvelles contributions ne sont pas reçues d’urgence, 31 000 réfugiés maliens risquent d’être privés d’assistance alimentaire durant les trois prochains mois.

La période de soudure qui approche est le moment où ils sont tout particulièrement vulnérables et ont le plus besoin de soutien.

Depuis 2012, les deux organisations travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement du Burkina Faso et les organisations non gouvernementales pour venir en aide aux réfugiés qui ont fui le conflit au nord du Mali, a précisé le PAM dans un communiqué de presse.

En 2015, le PAM a fourni une assistance alimentaire à plus de 31 000 réfugiés maliens, composée de vivres et de transferts monétaires en espèces. En 2016, faute de ressources suffisantes, le PAM n’a pas pu fournir l’assistance alimentaire en espèces et les rations alimentaires ont été réduites.

Selon une récente étude menée par le HCR et l’ONG Kalyta, les taux d’intérêt annuels des usuriers s’élevaient en 2015 à environ 1.000%. Jean-Charles Dei, le Représentant du PAM au Burkina Faso a indiqué que son agence aurait besoin de 2,5 millions de dollars d'urgence, pour apporter, à ces réfugiés maliens, l'aide dont ils ont besoin.

Les réfugiés maliens sont déjà exposés aux effets néfastes des sécheresses récurrentes, aux inondations et à la pauvreté chronique. Ils ont un accès limité à l’emploi et aux ressources naturelles. Sans soutien de la communauté internationale, il y a beaucoup de risques que ces populations aient recours à des stratégies désespérées, comme le ralliement des jeunes aux groupes armés.

(Mise en perspective Tsigué Shiferaw)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...