A Alger, Ban Ki-moon évoque la situation en Libye, au Mali et du Sahara occidental

Écouter /

(Photo: CINU/Algérie)

Toute stratégie de lutte contre l'extrémisme violent qui ne repose pas sur le respect des droits de l'homme est vouée à l'échec, a affirmé le Secrétaire général des Nations Unies dimanche à Alger, en Algérie, ajoutant que le respect des droits de l'homme était à la fois une obligation morale et un avantage tactique.

Lors d'une conférence de presse à l'issue de sa rencontre avec le Ministre des affaires étrangères de l'Algérie, Ban Ki-moon s'est félicité de la politique de « Rama », ou pitié, que le pays a appliqué dans la lutte contre le terrorisme ainsi que de l'engagement déclaré du pays en faveur de la promotion des libertés et des droits de l'homme.

Selon le chef de l'ONU les deux diplomates ont également évoqué la situation « profondément inquiétante » en Libye.

Ban Ki-moon a appelé tous les acteurs extérieurs à user de leur influence pour y calmer la situation.

« Si les choses ne progressent pas sur le plan politique, la crise humanitaire s'aggravera et les atteintes à la sécurité, y compris les attaques de Daech, se multiplieront et gagneront du terrain » a-t-il avertit.

Le Secrétaire général a remercié l'Algérie de son engagement en faveur du Mali, en tant que principal médiateur du processus de paix.

"Nous sommes convenus de continuer à pousser pour que la médiation aboutisse", a-t-il dit.

Aussi le chef de l’ONU et le ministre ont parlé de la question du Sahara occidental, suite à la visite samedi de Ban Ki-moon, à Tindouf, où il a visité des camps de réfugiés sahraouis.

Ban Ki-moon a soulilgné que très peut de progrès avait été accompli par les parties pour trouver une solution durable, juste et acceptable à la crise.

Il a signalé que la Misson des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO) était prête à aider à organiser un référendum s'il y a un accord entre les parties.

Il a déclaré que le monde ne pouvait pas « continuer à négliger les Sahraouis », soulignant que ces derniers espéraient l'appui de la région, de l'ONU et de la communauté internationale.

« Nous devons réagir», a déclaré le chef de l'ONU qui compte convoquer une réunion de donateurs en leur faveur à Genève prochainement.

(Extraits sonores :  Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

Extrait sonore de Ban Ki-moon sur la situation des Sahraouis lors de sa conférence de presse à Alger. Écouter / Extrait de Ban Ki-moon sur la lutte contre le terrorisme, lors de sa conférence de presse à Alger Écouter /
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...