Syrie : il faut mobiliser 1,4 milliard de dollars pour scolariser tous les enfants

Écouter /

Des enfants syriens déplacés reçoivent de l'UNICEF des vêtements pour l'hiver. (Crédit Photo: UNICEF/Aho Yousef)

L’avenir d’une génération d’enfants et de jeunes syriens est en péril si les donateurs réunis à Londres cette semaine ne mobilisent pas le financement nécessaire pour les faire revenir à l’école, affirment les organismes d’aide en charge de l'assistance apportée en réponse au conflit brutal qui ravage le pays.

Près de cinq ans après le début de la crise, environ 4 millions d’enfants de la communauté syrienne et des communautés hôtes ont besoin d’aide en matière d’éducation. Parmi eux, il y a 2,1 millions d'enfants syriens non scolarisés en Syrie et 0,7 million d'enfants syriens non scolarisés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Iraq et en Egypte.

L’année dernière, les efforts conjugués des gouvernements et des partenaires internationaux ont permis d'aider plus d’un million d’enfants et de jeunes à l’intérieur de la Syrie qui ont pu bénéficier d'opportunités d’apprentissage formel ou non formel. Or, alors qu'aucune solution politique ne semble en vue pour un des conflits les plus brutaux au monde depuis des décennies, le nombre d’enfants privés d'éducation continue de grimper.

La crise de l’éducation dans la région sera à l’honneur au cours d’une grande conférence jeudi 4 février à Londres, co-organisée par le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Koweït, la Norvège, et les Nations Unies. Les dirigeants de plus de 30 pays sont attendus, dans le but de lever de nouveaux fonds pour répondre aux besoins immédiats et à long terme des personnes touchées par la crise.

Avant la réunion, les agences des Nations Unies et autres organismes d'assistance regroupés au sein de “l'Initiative pour qu'aucune génération ne soit perdue” ont lancé un appel de 1,4 milliard de dollars pour aider près de quatre millions d’enfants et de jeunes à l’intérieur de la Syrie et dans les pays voisins à accéder à des opportunités d’éducation formelle et non formelle.

«L’ampleur de la crise pour les enfants augmente en permanence, ce qui explique pourquoi il y a maintenant des craintes que la Syrie soit en train de perdre toute une génération de sa jeunesse”, a déclaré Peter Salama, Directeur régional de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord, l’agence qui coordonne l’Initiative.

“Ce que nous devons voir à Londres est le changement d’étape nécessaire pour que tous les enfants aient accès à un apprentissage; pour protéger ceux qui risquent de décrocher; développer des environnements d’apprentissage sécuritaires et inclusifs; recruter et former davantage d’enseignants; améliorer la qualité de l’éducation, et soutenir le développement de compétences techniques, professionnelles et d'opportunités pour les jeunes”.

Lors de la réunion de Londres, les gouvernements seront également invités à exercer davantage de pression sur les parties au conflit syrien et sur ceux qui les soutiennent – afin de faire cesser les attaques contre les écoles et autres lieux d’apprentissage, conformément au droit international humanitaire.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...