Syrie : l'ONU dénonce le bombardement d'hôpitaux et les attaques contre les écoles

Écouter /

 

Dans le camp de Tishreen pour personnes déplacées à Alep, en Syrie, les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes. Photo : UNICEF / Razan Rashidi

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a dénoncé ce mardi à Genève les bombardements aériens ayant pris pour cible plusieurs établissements hospitaliers en Syrie. Dans un nouveau bilan, les services du Haut-Commissaire Zeid ont indiqué que les raids sur quatre hôpitaux dans deux régions et des écoles ont fait au moins 46 tués et des dizaines de blessés.Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme de l'ONU a ainsi condamné ces attaques meurtrières, non sans faire remarquer que si ces bombardements d'hier lundi dans les provinces d'Idlib et d'Alep sont intentionnels, ils pourraient constituer un crime de guerre.

« Si ces établissements ont été ciblés délibérément et intentionnellement, ce pourrait être un crime de guerre », a prévenu le porte-parole du Haut-Commissariat lors d'un point de presse ce mardi à Genève. « En ce moment, nous ne sommes pas en position de porter un jugement. Ultimement, seul un tribunal peut porter ce jugement, et il faut des preuves suffisantes », a souligné Rupert Colville.

En attendant, l'agence onusienne basée à Genève rappelle que le droit humanitaire international stipule clairement que les hôpitaux et les travailleurs de la santé doivent être protégés.

A cet égard, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle que 58 % des hôpitaux publics et 49% des centres de santé ne fonctionnent plus ou uniquement partiellement en Syrie. Et 640 membres du personnel de santé ont été tués depuis le début de la crise dans ce pays.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) note que l'année dernière, plus de 40 attaques ont été menées sur des écoles. Présentement, un quart des sites scolaires ne fonctionnent plus et plus de 50.000 enseignants ont fui et des centaines ont été tués.

(Interview : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...