Réfugiés : l'Océan indien plus mortel que la Méditerranée, selon le HCR

Écouter /

Des bateaux de pêche dans la Baie du Bengale. Photo: ONU/John Isaac

Le Haut Commissariat pour les réfugiés appelle à une plus grande coopération parmi les États d’Asie du sud-est pour venir en aide aux personnes qui tentent de traverser l'océan indien. En 2015, plus de 33 000 réfugiés et migrants ont tenté de franchir ces eaux où les mouvements maritimes mixes sont trois plus mortels qu'en Méditerranée.

Andreas Needham, porte-parole du HCR, indique que la majorité des passagers dans la baie du Bengale et la mer d’Andaman sont des Rohingya et des Bangladais. La première moitié de 2015 a vu le nombre de départs le plus élevé jamais enregistré avec 31.000 départs, tandis que la seconde moitié de l'année était beaucoup plus calme, avec un peu plus de 1.500 départs.

Selon le HCR, cette diminution peut être attribuée à plusieurs facteurs, notamment la découverte de fosses communes le long de la frontière entre la Thaïlande et la Malaisie avec les restes présumés de plus de 200 migrants, les mesures répressives des gouvernements pour combattre les réseaux de contrebande et le contrôle des points de départ et d’arrivée.

Malgré cette baisse, en 2015, le taux de fatalités était trois fois plus élevé dans ces eaux que dans la mer Méditerranée.

Andreas Needham fait aussi état de témoignages effrayantes selon lesqels les passagers sur ces bateaux meurent de faim, sont lancé vivants par-dessus bord et souffrent de maladies débilitantes.

(Extrait sonore : Andreas Needham, porte-parole du HCR à Genève)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...