RDC : l’ONU s’inquiète du harcèlement des activistes de la société civile par les autorités

Écouter /

Des policiers lors de manifestations à Kinshasa en République démocratique du Congo en janvier 2015. Photo MONUSCO

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme dénonce la condamnation, mercredi, en République démocratique du Congo, de six membres du mouvement Lucha, une formation citoyenne en faveur du changement.

Condamné à deux ans de prison par le Tribunal de grande instance de Goma, ces derniers avaient été arrêtés, semblerait-il, pour les empêcher de participer à la journée « ville morte » du 16 février.

Selon la Porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Cécile Pouilly, leur procès a été entaché par plusieurs irrégularités.

Au total, environ 45 arrestations ont été effectuées par la police et le renseignement congolais au cours de la journée « ville morte » à Kinshasa, Goma, Uvira, et Lubumbashi.

Cette Journée avait été organisée par l'opposition politique et la société civile pour commémorer le massacre de manifestants par les forces de sécurité, à Kinshasa en 1992.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, Porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme)

 

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...