Pourparlers sur la Syrie: nouvelle rencontre entre l’émissaire de l’ONU et Damas

Écouter /

L'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura (à g.), rencontre le Représentant permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, Bachar Ja'afari. Photo ONU/JM Ferré

Le Palais des Nations à Genève continue de servir de cadre pour ces difficiles discussions inter-syriennes. Et l'Envoyé spécial de l'ONU sur la Syrie y a rencontré, ce mardi matin, la délégation gouvernementale. Il s’agit de la deuxième entrevue depuis vendredi entre les représentants du gouvernement syrien et Staffan de Mistura.

Au-delà, de ces consultations avec les belligérants syriens dans l'enceinte du bureau européen de l'ONU, le médiateur onusien rappelle aussi le rôle des pays influents dans la quête d'une trêve durable en Syrie.

 

Sur cette délicate médiation entre belligérants syriens, l'Envoyé spécial de l'ONU souhaite désormais que les pays qui ont de l'influence en Syrie poussent pour un cessez-le-feu. Lors d'une conférence de presse lundi, Staffan de Mistura avait clairement invité le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) à aider à l'instauration d'une trêve. Il s'agit pour le diplomate italo-suédois de revenir sur les engagements de Vienne. Et le GISS intègre notamment les Etats-Unis, la Russie, l'Iran et l'Arabie saoudite. Si Staffan de Mistura a souligné que négocier un cessez-le-feu ne faisait pas partie de ses attributions, il a dit avoir rappelé aux puissances internationales qu’elles s’étaient engagées à aborder ce sujet dès l’ouverture des pourparlers.

Sur le rôle attendu de la Russie et des Etats Unis, la réponse de Staffan de Mistura : « Sur la question sur le rôle des Etats-Unis et de la Russie, la réponse est qu'ils sont les deux co-sponsors du Groupe de Vienne. Ils sont engagés et je n'ai aucune raison de ne pas penser qu'actuellement ils travaillent pour que cette réunion de Genève soit un succès ».

Et pour y arriver, les Nations Unies ne cessent d'exhorter toutes les parties prenantes à placer le peuple syrien au cœur de ces pourparlers de Genève. Et cela passe par une consolidation du processus de négociations qui se met en place sur les bords du Lac Léman. Un processus qui vise surtout à trouver une solution politique à la guerre en Syrie.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, Genève ; avec un extrait sonore de Staffan de Mistura, Envoyé spécial de l'ONU sur la Syrie)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...