L'ONU suspend les pourparlers de paix inter-syriens jusqu’au 25 février

Écouter /

L'Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, Staffan de Mistura, lors d'un point de presse à Genève. Photo PNU/Jean-Marc Ferré (archives)

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, Staffan de Mistura, a annoncé mercredi qu’il suspendait jusqu’au 25 février les pourparlers de paix inter-syriens indirects qui ont commencé vendredi 29 janvier à Genève.

« Depuis le premier jour, j’ai indiqué que je n’étais pas prêt à tenir des pourparlers juste pour le principe de pourparlers et le Secrétaire général a dit la même chose. L’ONU ne peut pas permettre que de simples questions procédurales deviennent plus importantes que les résultats concernant la situation humanitaire du peuple syrien qui attend de nous que nous aboutissions cette fois-ci à quelque chose de concret », a dit M. de Mistura lors d’un point de presse.

« J’ai donc pris la décision de faire une pause temporaire. Ce n’est pas la fin des pourparlers, ce n’est pas un échec des pourparlers », a-t-il ajouté. « J’ai déjà fixé les prochains pourparlers au 25 février » pour donner « une opportunité à ceux qui insistent pour que ces pourparlers aient lieu de régler les questions qui n’ont pas été réglées ».

Les pourparlers de paix inter-syriens avaient débuté vendredi à Genève sous l’égide de l’ONU avec pour objectif de mettre fin à cinq ans de guerre. M. de Mistura avait alors rencontré la délégation du gouvernement syrien.

Lundi, il avait rencontré des membres de l’opposition, regroupés au sein du Haut comité de négociations (HNC). « Avec leur arrivée et le début des discussions avec nous, c’est le début formel des pourparlers de Genève », avait-il dit à la presse.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...