L'ONU met en garde contre une escalade de la crise alimentaire au Soudan du Sud

Écouter /

Kuot, deux ans reçoit un traitement contre la malnutrition aigüe, a l'hôpital pédiatrique d'Al Shabbah, soutenu par Unicef a Juba, au Soudan du Sud. Photo UNICEF/Sebastian Rich

Le Soudan du Sud est confronté à des niveaux d’insécurité alimentaire sans précédent. Quelque 2,8 millions de personnes, soit près du quart de la population du pays, ont toujours besoin de l'aide alimentaire d'urgence et au moins 40 000 personnes frôlent une situation catastrophique, mettent en garde aujourd'hui trois agences des Nations Unies.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM) soulignent que ces chiffres sont particulièrement inquiétants car ils montrent une aggravation de la faim au cours de la période consécutive à la récolte alors qu'habituellement celle-ci se traduit par une amélioration de la sécurité alimentaire.

Le nombre de personnes en insécurité alimentaire devrait atteindre un pic au cours de la prochaine période de soudure entre avril et juillet 2016 lorsque les disponibilités alimentaires seront réduites. A ce propos, les partenaires humanitaires ont publié une mise à jour de l'analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) suivant lequel la période de soudure commençant tôt cette année, la période marquée par la faim sera plus longue que les années précédentes.

Les trois agences des Nations Unies notent que la saison sèche qui vient de commencer pourrait apporter des difficultés supplémentaires pour les personnes confrontées aux niveaux les plus graves de faim. Les personnes déplacées du fait du conflit dans l’Etat de l’Unity, qui tirent leurs moyens de subsistance de la pêche et des lis d'eau, sont à court de nourriture du fait de la décrue. Les attaques contre les troupeaux de bétail ont privé de nombreuses personnes de produits d’origine animale essentiels et notamment le lait, qui étaient leur principal moyen de survie pendant la période de soudure 2015. Si l’aide humanitaire ne parvient pas à les atteindre pendant la saison sèche, leur situation sera catastrophique dans les prochains mois.

Les agences de l’ONU appellent à une mise en œuvre rapide de l’accord de paix conclu l’année dernière et àl’accès sans restriction aux zones de conflit afin de livrer des fournitures indispensables dans les zones les plus touchées.

(Propos de Georges Fominyen, porte-parole du PAM, recueillis par Tsigué Shiferaw)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...