Zika : l'OMS alarmée par la hausse des cas de microcéphalie

Écouter /

Un moustique Aedes Aegypti femelle, sur le point d'extirper du sang. Photo CDC/James Gathany

Suite à une réunion du Comité d'urgence du Règlement sanitaire internationale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), lundi à Genève, la multiplication de cas de microcéphalie est désormais une urgence de santé publique.

Selon les experts de l'OMS, les cas de microcéphalie et autre affections neurologiques constituent un évènement extraordinaire et inquiétant.

Estimant qu’ une réponse internationale coordonnée est nécessaire pour minimiser les risques dans les pays affectés et réduire les risques de propagation dans d’autres pays, les experts ont conclu que la situation actuelle remplit les conditions nécessaires à la déclaration d’une urgence internationale en matière de santé publique .

La récente propagation du virus Zika notamment sur le continent américain, au Brésil en particulier a été associée à une forte hausse des naissances de bébés atteints de microcéphalie et parfois également atteints du syndrome de Guillain-Barré, une affection encore mal connue dans laquelle le système immunitaire s’attaque au système nerveux, causant parfois une paralysie.

Le virus a été identifié pour la première fois en 1947 chez un singe dans la forêt de Zika, en Ouganda. Son origine se situait le long d’une étroite ceinture équatoriale allant de l’Afrique à l’Asie.

Pendant des décennies, la maladie, transmise par le moustique Aedes, a stagné, affectant essentiellement des singes. Chez les humains, le virus Zika a parfois causé une légère indisposition suscitant peu d’inquiétude.

En 2007, Zika a étendu son rayon géographique et causé la première éruption documentée dans les îles du Pacifique, dans les Etats fédérés de Micronésie. Depuis 2013-2014, quatre autres pays insulaires du Pacifique ont documenté d’importantes poussées du virus Zika.

En mai 2015, le Brésil a signalé son premier cas de maladie due au virus Zika. Depuis lors, la maladie s’est répandue au Brésil et dans 22 autres pays et territoires dans la région.

Alors que le Brésil se prépare a accueillir les Jeux Olympiques cet été, l'OMS n'a pas publié pour le moment, de restrictions pour se rendre dans le pays.

(Propos de Gregory Härtl, porte-parole de l'OMS, recueillis par Tsigué Shiferaw)

 

Classé sous Dossiers, Le Journal, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...