La profession d’enseignants sous-évaluées et en manque d’effectifs, s’inquiète l’UNESCO

Écouter /

Une enseignante et ses élèves dans l’école pour fille de Zarghuna en Afghanistan. Photo: ONU/Eskinder Debebe

La profession d'enseignants est sous-évaluée et en manque d'effectifs, une situation qui inquiète l'UNESCO qui souligne que pour assurer une éducation primaire universelle d’ici 2020, les pays devraient recruter 10, 9 millions d’enseignants supplémentaires pour le seul niveau du primaire.

Dans un entretien accordé à la radio de l'ONU, Géraldine de St. Pern, Spécialiste adjointe de programme à l’UNESCO, indique que la situation est pratiquement préoccupante en Afrique sub-saharienne, région qui devra créer plus de deux millions de nouveaux postes d'enseignants d'ici à 2030.

Elle met par ailleurs en garde contre la sous-évaluation de la profession d’enseignant, notamment dans le domaine de la petite enfance.

Géraldine de St. Pern souligne aussi que pour l’UNESCO, renforcer le rôle des enseignants est essentiel pour parvenir à un développement inclusif et durable à l’échelle mondiale.

(Interview : Géraldine de St. Pern, Spécialiste adjointe de programme à l’UNESCO. Propos recueillis par Isabelle Dupuis)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/07/2016
Loading the player ...