Kosovo : l’ONU estime que les dirigeants devraient davantage explorer les opportunités de coopération régionale

Écouter /

Le siege de la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (2007) Photo: ONU/Ferdi Liman

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Zahir Tanin, a estimé lundi que les dirigeants politiques kosovars devraient davantage explorer les opportunités de coopération régionale au lieu de se concentrer sur des intérêts politiques limités.

Lors d'un exposé devant les membres du Conseil de sécurité, Zahir Tanin a indiqué que ces derniers mois, la polarisation du paysage politique au Kosovo avait atteint de tels niveaux que les progrès se voyaient entravés, malgré les efforts considérables du gouvernement pour poursuivre un ambitieux programme de réformes.

Il a signalé que les extrêmes de l’antagonisme politique avaient clairement transgressé les normes démocratiques de base. L’exemple le plus évident étant l’usage répété de la violence par l’opposition pour empêcher l’Assemblée du Kosovo et d’autres institutions gouvernementales de faire leur travail.

Au lieu de se concentrer sur des intérêts politiques limités, le Représentant spécial a appelé les dirigeants politiques a davantage explorer les opportunités de coopération régionale, comme par exemple le Sommet sur l’investissement dans les Balkans occidentaux, qui s'est tenu à Londres il y a une semaine.

Zahir Tanin a toutefois estimé qu’il était important de reconnaître que de nombreux engagements pris par les dirigeants politiques du Kosovo avaient été respectés, à commencer par la poursuite de la normalisation des relations avec Belgrade; le respect des obligations fiscales et financières établies par les créanciers internationaux, et la garantie des conditions nécessaires pour la mise en place complète de la Cour spéciale.

Le Représentant spécial s'est toutefois inquiété du niveau élevé du chômage et du fait que malgré d’importantes ressources humaines et naturelles, peu de possibilités sont ouvertes pour des investissements majeurs. Il a souligné que l’éducation a besoin d’être modernisée et dépolitisée, et a en outre jugé nécessaire d’intensifier les efforts pour créer davantage de croissance économique, ce qui réduirait, selon lui, les tensions politiques.

(Mise en perspective : Isabelle Dupuis)

 

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...