Ituri: l’OCHA promet d'assister près de 6 millions de déplacés en 2016

Écouter /

Des déplacés au Nord-Kivu © MONUSCO/Sylvain Liechti

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a annoncé, vendredi 12 février, le décaissement de 690 millions de dollars pour assister près de six millions de déplacés en 2016, en Ituri.

L'assistant chargé des affaires humanitaires d'OCHA à Bunia, Chrysostome Kaloma, a indiqué que la priorité pour l'Ituri, c'est la situation humanitaire dans le Sud du territoire d'Irumu et en territoire de Mambasa.

Des milliers de personnes enregistrées dans ces territoires sont victimes d'atrocités de la part des groupes armées, a-t-il ajouté, lors du lancement du plan d'action humanitaire de cette agence des Nations Unies.

Chrysostome Kaloma a assuré que d'ici fin février, une première assistance sera déjà apportée aux déplacés venus du Nord-Kivu et de la chefferie de Walendu Bindi:

«Dans les jours proches, il y aura une intervention humanitaire qui est prévue sur l'axe Komanda-Luna pour des déplacés majoritairement venus du Nord-Kivu. L'identification est déjà en cours. Nous espérons que d'ici la fin du mois, nous pourrons leur apporter l'assistance nécessaire. Nous ne pouvons pas d'emblée dire que ça va résoudre tous les problèmes humanitaires. Nous essayons de faire de notre mieux de façon qu'on puisse résoudre les problèmes majeurs».

En début février, le coordonnateur-résident du système des Nations unies en République démocratique du Congo (RDC) avait indiqué que, la stratégie développée par la communauté humanitaire ciblera six millions de personnes.

Le bureau des affaires humanitaires de Bunia a, quant à lui, indiqué que la situation de l'Ituri concerne au moins 300 000 personnes vulnérables.

Publié le 6 janvier dernier, le plan de réponse humanitaire 2016 de l’OCHA avait révélé que 7,5 millions de personnes (9% de la population du pays) auront besoin d'assistance humanitaire et de protection en 2016. Avant cette année, ils étaient 7 millions à avoir besoin de cette assistance.

L’OCHA avait souligné que plusieurs décennies «de chocs successifs» ont intensifié les besoins humanitaires et la vulnérabilité en RDC.

Ce qui, selon l'agence humanitaire, augmente progressivement la part de la population en proie à l'impact des violences et des conflits, des flambées d'épidémies, de la malnutrition aiguë persistante et de l'insécurité alimentaire.

La partie est du pays est la plus frappée par la crise humanitaire avec plus d' 1,6 million de déplacés internes, fuyant principalement la violence et les conflits armés.

(Mise en perspective par Sadik Aboubakar,  avec extrait sonore de Chrysostome Kaloma, assistant chargé des affaires humanitaires de l'OCHA à Bunia)

Le dernier journal
Le dernier journal
27/09/2016
Loading the player ...