Haïti : l'ONU et ses partenaires saluent l'élection indirecte d'un Président provisoire

Écouter /

Des électeurs haïtiens votent au second tour des élections législatives et sénatoriales et au premier tour du scrutin présidentiel, dans la capitale d'Haïti, Port au Prince, le 25 octobre 2015. Photo: ONU/MINUSTAH/Logan Abassi

L’ONU et ses partenaires en Haïti ont salué lundi l’élection par le Parlement du pays, dimanche 14 février, de Jocelerme Privert en tant que Président provisoire de la République haïtienne, une semaine après le départ de l’ex-Président du pays, Michel Martelly.

Selon la presse, M. Privert, 62 ans, occupera la fonction de Président provisoire pendant 120 jours. Son prédécesseur, M. Martelly, avait mis un terme à son mandat sans transmettre le pouvoir à un successeur le 7 février dernier, sur fond d’accusations de fraudes massives lors de l’élection présidentielle dont le premier tour de scrutin avait eu lieu en octobre 2015. Le second tour de l’élection, prévu le 24 janvier 2016, avait ensuite été reporté suite à des manifestations violentes et un refus de participer de l’opposition. L’élection de M. Privert par le Parlement est intervenue après la conclusion, la veille du départ de M. Martelly, d’un accord entre acteurs politiques haïtiens prévoyant des dispositions immédiates pour préserver la continuité institutionnelle du pays, ainsi qu’une feuille de route pour la conclusion rapide du cycle électoral en cours.

Dans un communiqué de presse rendu public par son porte-parole, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s’est félicité de l’élection de M. Privert.

« Cette élection découle de l’accord signé le 6 février entre les acteurs haïtiens portant sur la préservation de la continuité institutionnelle et la poursuite du processus électoral », a déclaré le chef de l’ONU.

Saluant cette première étape cruciale, le Secrétaire général a encouragé toutes les parties à travailler ensemble vers la mise en œuvre de la feuille de route contenue dans l’accord, pour assurer un retour à la normalité constitutionnelle.

« Après la cérémonie du 7 février marquant le départ du pouvoir du Président Michel Martelly comme requis par la Constitution haïtienne, cette élection constitue une étape fondamentale dans la mise en œuvre de l’Accord politique pour la continuité institutionnelle, signé le 5 février dernier entre les branches de l’exécutif et du législatif du pouvoir », ont quant à eux déclaré, dans un communiqué de presse conjoint, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU en Haïti, Sandra Honoré, et les autres membres de la communauté internationale représentés dans le « Core Group » (Brésil, Canada, Espagne, France, Etats-Unis, Union européenne et Organisation des États américains).

Ces derniers ont également invité tous les acteurs concernés à œuvrer de concert à la réalisation de cet Accord politique, « en vue de garantir le retour à la normalité constitutionnelle, la stabilisation des institutions de la République, la désignation d’un Premier ministre de consensus et la poursuite du processus électoral dans les délais impartis ».

L’ONU et ses partenaires en Haïti ont en outre appelé tous les acteurs concernés à faire prévaloir l’intérêt supérieur du pays, dans un esprit de dialogue et de compromis, ainsi que dans un climat apaisé et dénué de violence.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...