Genève : les enjeux des actions antimines dans les opérations humanitaires

Écouter /

Agnès Marcaillou, Directrice du Service de l'action antimines des Nations Unies interviewée par Alpha Diallo (Photo crédit : ONU/Daniel Johnson)

Ce mardi 16 février débute à Genève la 19ème réunion internationale des Directeurs des programmes nationaux de lutte contre les mines et des conseillers de l'ONU. Et cette année, les Nations Unies entendent mettre l'accent sur l'importance des actions antimines surtout lors d'opérations humanitaires sur le terrain.

Une façon pour le Service de l'action antimines des Nations Unies de rappeler que ses activités permettent non seulement aux Casques bleus de mener à bien leurs patrouilles, mais aussi aux organismes humanitaires de fournir une assistance aux populations vulnérables. Elles permettent aussi aux citoyens de vivre sans avoir peur qu’un seul faux pas ne leur coûte la vie.

En direction du futur Sommet humanitaire mondial prévu en mai prochain à Istanbul, en Turquie, la Directrice du Service de l'action antimines des Nations Unies insiste sur cette composante. Agnès Marcaillou a tenu à rappeler la nécessité de faire en sorte que la lutte antimines ne soit pas négligée lors de la prise de décision en matière de financement de l'urgence humanitaire. « Il s'agit d'un élément fondamental de la réponse humanitaire », a souligné Agnès Marcaillou dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies. « Les humanitaires ne pourront pas sortir de leur véhicule si le terrain est miné. Ils ne pourront livrer des vivres par camions si les camions explosent », fait-elle remarquer.

(Interview : Agnès Marcaillou, Directrice du Service de l'action antimines des Nations Unies ; propos recueillis par Alpha Diallo

Le dernier journal
Le dernier journal
26/07/2016
Loading the player ...