Conseil des droits de l'homme : Zeid Ra’ad Al Hussein dénonce la famine dans les zones assiégées en Syrie

Écouter /

Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut Commissaire aux droits de l’homme. Photo:ONU/Jean-Marc Ferré

La 31ème  session du Conseil des droits de l'homme s'est ouverte, ce lundi 29 février à Genève, par un appel du Haut-Commissaire Zeid pour une meilleure protection des civils. Une façon pour le Chef des droits de l'homme de l'ONU de rappeler que tous les responsables de violations sévères des droits humains doivent un jour rendre compte de leurs actes et sanctionnés. Encore une fois, les débats de cette session du Conseil ont été largement dominés par la situation en Syrie où plus de 11 millions de personnes ont dû fuir leur domicile en raison d'une sanglante guerre depuis cinq ans.

A l'ouverture de cette session du Conseil des droits de l'homme ce lundi à Genève, il a été beaucoup question de la Syrie. Un pays qui est en guerre depuis cinq ans, soit la moitié de la vie de ce Conseil des droits de l’homme, ont rappelé certaines délégations. Et dans cette litanie de graves abus commis en Syrie, le Chef des droits de l'homme de l'ONU a longuement ciblé les attaques délibérées contre les hôpitaux et l’utilisation de la famine comme tactique de guerre.

Selon Zeid Ra’ad Al Hussein, des milliers de personnes pourraient être mortes de faim. Une privation forcée de nourriture qui pourrait être fatale à de nombreux civils dans les zones syriennes assiégées. A cet égard, le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU souligne que plus de « 450.000 personnes sont actuellement prises au piège dans des villes et des villages de Syrie – et parfois depuis des années ». Et la nourriture, les médicaments et d’autres produits d’aide humanitaire d’urgence sont bloqués de façon répétée. C'est pourquoi le Haut-Commissaire Zeid rappelle que « la privation délibérée de nourriture et par extension, le siège sont sans conteste interdits en tant qu’arme de guerre.

Outre la Syrie, le Haut-Commissaire a dénoncé le sort des migrants en Europe et évoqué des violations en Afghanistan, au Burundi, en République démocratique du Congo (RDC). Sont également épinglés, les atrocités de Boko Haram dans le Bassin du lac Tchad, les abus en Iraq, en Libye, au Mali, dans les territoires palestiniens, en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan, en Ukraine et au Yémen.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...