Yémen : près de 2,800 civils tués dans le conflits en neuf mois

Écouter /

Les décombres de l’école d’Arwa, l’une des plus grandes écoles de la ville de Taïz. L’école a été utilisée par un groupe armé puavant d’être bombardée. © UNICEF/UNI196751/Mahyoob

Le conflit armé qui se poursuit au Yémen continue d’avoir un impact dévastateur sur la population civile, avec un bilan des victimes qui s’élève désormais à 2.795 morts et 5.324 blessés entre le 26 mars et le 31 décembre 2015, a indiqué mardi le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

En décembre, 81 civils ont été tués et 109 autres blessés. Sur ce nombre, au moins 62 civils auraient été tués par des frappes aériennes attribuées aux forces de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, a précisé le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève.

Selon lui, ces frappes aériennes se sont poursuivies lors des premiers jours de janvier, avec environ 11 attaques sur certains quartiers de la capitale, Sana’a, dimanche et lundi (3 et 4 janvier), et d’autres qui se seraient produites aux premières heures de la journée de mardi.

Le HCDH indique ne pas pouvoir confirmer si ces dernières frappes ont fait de nouvelles victimes parmi les civils, mais ajoute que selon des informations préliminaires, plusieurs édifices civils privés et publics auraient été touchés depuis dimanche, dont certains sont situés dans des quartiers de Sana’a à forte densité de population.

Le HCDH a en outre reçu « des informations alarmantes selon lesquelles des bombes à sous-munitions auraient été utilisées par les forces de la coalition dans le gouvernorat de Hajjah », a dit le porte-parole. Lors d’une visite de terrain effectuée dans le village d’Al-Odair, dans le district de Haradh, une équipe du HCDH a découvert des débris de 29 bombes à sous-munitions à proximité de bananeraies. Selon des témoins, plusieurs autres villages de la même région ont aussi été touchés.

Par ailleurs, dans le courant du mois de décembre, au moins 11 civils auraient été tués par des tirs d’artillerie attribués aux Comités populaires affiliés aux Houthis, contre 32 civils tués par eux en novembre.

Enfin, le HCDH se dit particulièrement préoccupé par la situation humanitaire à Taëz, ville du centre du Yémen qui est le théâtre de violents affrontements depuis plus de huit mois, presque sans interruption.

Le dernier journal
Le dernier journal
28/07/2016
Loading the player ...