Somalie : des experts s'inquiètent de l'impact de la cessation des envois de fonds sur la population

Écouter /

 

Un agent de change inspecte un billet américain dans une rue de Mogadishu, en Somalie. Photo: ONU/Stuart Price

Un groupe d'experts de l'ONU a exhorté, ce lundi, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie et la Somalie à combattre le terrorisme tout en veillant à que ce que les envois de fonds de la diaspora somalienne continuent de parvenir dans les pays.

Les comptes en banque des opérateurs de transfert de fonds somaliens sont en effet en train d'être fermé dans le cadre des efforts de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Or une part importante de la population somalienne dépend de ces envois qui s'élèvent à 1,2 milliard de dollars par an, soit 20% du PIB annuel de la Somalie.

Bahame Nyanduga, expert indépendant sur la situation des droits de l'homme en Somalie, indique que ces envois de fonds sont essentiels pour financer les besoins de subsistance quotidiens, notamment les loyers, l'achat de nourriture et de vêtements, ainsi que l'éducation des jeunes enfants et les soins médicaux. Il explique que ces fonds sont aussi utilisés par des petites et moyennes entreprises qui sont gérées par des Somaliens en Somalie.

« Donc lorsque ces envois de fonds sont stoppés, de nombreuses personnes sont affectées, affirme l'expert. Selon les estimations, presque un tiers de la population est directement touchées par la cessation de ces services ».

(Extrait sonore : Bahame Nyanduga, Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme en Somalie)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...