Réfugiés : préoccupations au sujet d'un projet de loi du Danemark

Écouter /

Nour Majati tient le bras de son fils Mohammed, 11 ans, pour traverser une rivière à la frontière serbe. Elle a accouché d’un autre fils par césarienne juste avant de quitter la Syrie, et sa plaie s’est réouverte pendant leur difficile traversées de l’Europe. Photo:© UNICEF/UN02842/Gilbertson VII Photo

A l'occasion de la présentation, ce jeudi, devant le Conseil des droits de l'homme, du rapport périodique universel du Danemark, plusieurs délégations ont fait part de leurs préoccupations concernant le projet de loi sur la migration actuellement examiné par le Parlement danois.

Le représentant des États-Unis, Keith Harper, s'est notamment inquiété du fait que ce projet de loi permettrait aux autorités danoises de fouiller les effets personnels des demandeurs d'asile et de saisir des espèces et certains objets de valeur. Son homologue de l'Egypte, Mohamed Elmolla, a rajouté que confisquer les biens de valeurs pour couvrir les frais des réfugiés est une violation flagrante de leurs droits en vertu de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Le Ministre des affaires étrangères du Danemark, Kristian Jensen, a indiqué que face à l'afflux sans précédent de réfugiés en Europe et au Danemark en 2015, plusieurs nouvelles mesures avaient été adoptées pour pourvoir accueillir dans les meilleures conditions possibles les personnes ayant obtenu l'asile, tout en protégeant le modèle d'État-providence du Danemark.

Le Ministre danois a aussi souligné que les personnes qui obtiennent un permis de résidence dans son pays jouissent du même accès gratuit à l'éducation et au système de santé que n'importe qui d'autre au Danemark, et qu'elles reçoivent aussi un logement décent.

(Mise en perspective: Isabelle Dupuis)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...