ONU/humanitaire : 31 millions de dollars alloués en faveur des pays du bassin du lac Tchad

Écouter /

Des personnes déplacées ayant trouvé refuge à Baga Sola, au Tchad, après que Boko Haram a attaqué leur village. Photo OCHA/Mayanne Munan

Le Chef des affaires humanitaire et Coordonateur des urgences des Nations Unies (OCHA), Stephen O’Brien, a alloué lundi 31 millions de dollars provenant du Fonds central d’urgence (CERF) afin de soutenir les efforts humanitaires au Nigeria et et dans les 3 pays voisin dans la région du bassin du lac Tchad, à savoir le Cameroun, le Tchad et le Niger.

Selon ,l'OCHA la situation humanitaire se détériore en raison de la violence perpétrée par le groupe Boko Haram.

Quelque 2,7 millions de personnes, la plus de la moitié sont des enfants, ont été déplacés dans la région. Il s'agirait de la crise de déplacement en plus forte croissance en Afrique.

Les personnes touchées par cette crise ont besoin d'une aide urgente en nourriture, eau potable, abris, soins de santé, protection et éducation.

Le financement du CERF devrait permettre de fournir une assistance vitale à près de 1,7 million de personnes dans les quatre pays touchés. Environ 10 millions de dollars seront destiné aux efforts de secours au Nigeria, tandis que les partenaires humanitaires au Cameroun, au Tchad et au Niger devraient recevoir 7 millions de dollars chacun.

Au Nigeria, le financement du CERF sera essentiel pour fournir des abris d’urgence, des soins de santé, l’eau potable et de l’assainissement et de la nutrition pour les personnes touchées vivant actuellement dans des camps surpeuplés, dans le Nord-Est du pays.

Au Cameroun, au Tchad et au Niger, le soutien du CERF permettra d’améliorer l’accès à des abris, des soins de santé de la reproduction, de l’eau potable et à l’assainissement dans les camps de déplacés, les communautés d’accueil et les écoles.

“Beaucoup de gens ont tout perdu. Des centaines de milliers de femmes et d’enfants continuent d’être les victimes de la violence aux mains de Boko Haram “, a affirmé le Sous-Secrétaire général aux affaires humanitaires, ajoutant, que la sauvegarde des vies et la protection des personnes dans la région étaient au centre de la réponse humanitaire.”

Les femmes et les filles enlevées par Boko Haram ont été soumises à des violences physiques et psychologiques, au travail forcé, réduite à l’esclavage sexuel et au mariage forcé. Les garçons ont été recrutés de force en tant que combattants. Les agences humanitaires vont également utiliser les fonds du CERF pour soutenir la protection de secours d’urgence nécessaires y compris la prévention et la réponse à la violence sexuelle et sexiste dans les quatre clubs de pays.

 

(Extrait sonore : Jens Laerke, porte-parole de l'OCHA)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...