Libye : l'accord politique n'est pas ouvert à la renégociation, souligne Martin Kobler

Écouter /

La signature de l’accord politique libyen, le 17 décembre à Shkirat, au Maroc. Photo: UNSMIL

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye a souligné que l'accord politique libyen n'est pas ouvert à la renégociation. Signé le 17 décembre dernier, cet accord, qui restera en vigueur pendant un an, doit en principe déboucher sur la création d'un gouvernement d'unité nationale.

Dans un entretien accordé dimanche à la radio de l'ONU au retour de son récent déplacement à Tripoli, Martin Kobler explique notamment qu'un des signataires, le Congrès général national, n'est pas d'accord avec la structure de l'accord.

L'accord prévoit que le GNC se transforme en un conseil d'état avec une fonction consultative, quoique décisive, auprès de la Chambre des représentants. Le GNC veut que le rôle de ce conseil d'état soit beaucoup plus conséquent.

Selon Martin Kobler, tout le monde, et « surtout le peuple libyen », est d'avis qu'il faut aller de l'avant avec l'accord et développer les changements structurels pour le processus constitutionnel.

Le Représentant spécial souligne en outre que la situation est très difficile, en raison notamment de l'absence d'autorité de l'état, et avertit que Daesh, l'État islamique, gagne du terrain à l'est, à l'ouest et au sud via le golfe de Syrte.

« On est dans une course contre la montre pour véritablement combattre l'extrémisme et le terrorisme dans le pays. Il n'y a pas d'autre alternative que de se rallier derrière l'accord politique libyen et d'aller vers un avenir meilleur en 2016 », affirme-t-il.

(Extrait sonore : Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye)

Classé sous Conflits, L'info, Le Journal.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...